Interpréter pour traduire

Feuilleter le livre

  • XXXVIII + 480 pages
  • Bibliographie
  • Livre broché
  • 12.5 x 19 cm
  • Traductologiques
  • N° dans la collection : 4
  • Parution :
  • CLIL : 3146
  • EAN13 : 9782251700045
  • Code distributeur : 50128
  • Export ONIX 3.0

Interpréter pour traduire

Nouvelle édition revue et corrigée

Présentation

Ce n'est pas trop dire que d’affirmer qu’Interpréter pour traduire fait aujourd’hui partie du petit nombre des classiques de la traductologie d’expression française. Quatre fois réédité de 1984 à 2001, toujours actuel, il était devenu difficile d’accès.
La collection « Traductologiques » le remet aujourd’hui à la disposition des étudiants, des enseignants, des traducteurs et des chercheurs.
Ce livre fait la synthèse des études et réflexions menées par Danica Seleskovitch, conjointement avec Marianne Lederer, sur la traduction comme pratique professionnelle. Ce sont ces pages qui ont posé les bases de la théorie connue aujourd’hui dans le monde entier sous le nom de « Théorie interprétative de la traduction » (TIT). L’un des éléments centraux en est le concept de déverbalisation, qui a souvent été critiqué, mais que plusieurs théoriciens importants ont aussi pu reprendre à leur compte.
Interprète de conférences renommée, Danica Seleskovitch fut amenée à formuler cette théorie avec le souci de comprendre sa propre pratique et de l’enseigner efficacement. Ce faisant, elle rompait des lances avec la linguistique d’il y a quelques décennies. L’enjeu était notamment d’obtenir une reconnaissance institutionnelle pour l’enseignement et la recherche en traduction, et de faire ainsi une place spécifique, dans l’université, à ce qu’on appelle aujourd’hui la « traductologie ».

Danica Seleskovitch (1921-2001) a dirigé l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs (ÉSIT) de 1980 à 1989. Marianne Lederer lui a succédé de 1990 à 1999.

Table des matières

Préface de Jean-René Ladmiral

Introduction


Chapitre I : Qu'est-ce que traduire ?
M. Lederer, Transcoder ou réexprimer
M. Lederer, Implicite et explicite
D. Seleskovitch, De l'expérience aux concepts
D. Seleskovitch, Interpréter un discours n'est pas traduire une langue
D. Seleskovitch, Théorie du sens et machine à traduire
D. Seleskovitch, Les niveaux de traduction
M. Lederer, La traduction simultanée
I. Le processus
II. Les conditions de sa réussite, les causes de ses échecs

Chapitre II : L'enseignement de l’interprétation
D. Seleskovitch, Principes et méthodes de l’enseignement de l’interprétation
D. Seleskovitch, Enseignement de l’interprétation
M. Lederer, La pédagogie de la traduction simultanée
M. Lederer, Apprendre à préparer un sujet technique

Chapitre III : La traduction et le langage
M. Lederer, La traduction simultanée, un poste d’observation du langage
D. Seleskovitch, Les mécanismes du langage vus à travers la traduction
D. Seleskovitch, La traductologie entre l’exégèse et le linguistique
D. Seleskovitch, Les anticipations dans la compréhension
M. Lederer, Le français victime des traductions
D. Seleskovitch, La compréhension d’une pensée à travers son expression

Postface de Marianne Lederer

Bibliographie

Découvrez aussi

Misère et splendeur de la traduction
La Seconde Profondeur
Sourcier ou cibliste
Sur la traduction
Le Bruissement des matins clairs
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés