L'Abeille dans l'ambre

L'Abeille dans l'ambre

Célébration de l'épigramme de l'époque alexandrine à la fin de la Renaissance

Présentation

Ce livre, qui embrasse deux millénaires, n'est pas une histoire de l'épigramme : essai de poétique dans l'histoire, il poursuit plutôt une réflexion sur l'essence d'un genre à travers l'analyse des moment forts de son évolution.
Née en Grèce avec l'inscription qui lui donne son nom, tôt confiée à l'écrit et élargie à partir de l'époque alexandrine à toute la lyre, l'épigramme s'affirme à Rome davantage comme un phénomène oral et parlé : Catulle y enferme la violence, par un puissant resserrement Martial l'enrichit du contenu de la satire et l'arme pour toujours de la pointe éblouissante ; c'est avec celle-ci que l'épigramme de la Renaissance repart à la conquête de la variété originelle, qu'elle enrichit encore de formes inédites.
Au-delà de l'élargissement du champ et de la tension entre la venustas des Grecs et l'argutia latine se confirme l'unité dans le temps d'une forme brève, close, liée à l'objet et à la circonstance spéciale, qu'elle valorise par l'éclat de la rhétorique : soit l'opposé du haïku, autre forme brève mais « poème sans sillage », « fourmi sans ombre », quand l'épigramme a pour emblème l'Abeille, mixte de douceur miellée et de dard.
Succédant à la première édition, parue en 1989, la présente édition offre un texte revu, mis à jour à la lumière des découvertes et discussions les plus récentes et augmenté de trois nouveaux chapitres.

Biographies Contributeurs

Pierre LAURENS

Pierre Laurens, correspondant de l'Institut, professeur émérite à la Sorbonne où il a occupé la chaire de Littérature latine de la Renaissance, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont : Anthologie grecque, Livre IX, deuxième partie, et X (1974 et 2011) ; Musæ reduces (1975) ; Baltasar Gracián, La Pointe ou l’Art du génie, trad. (1983) ; le Commentaire sur le Banquet de Platon de Marsile Ficin, éd. et trad. (2002) ; l’Africa de Pétrarque, éd. Et trad. (2006) ; Anthologie de la poésie lyrique latine de la Renaissance (2004) ; La dernière Muse latine, Douze lectures poétiques, de Claudien à la génération baroque (2008) ; L’âge de l’inscription (2010) ; L’Abeille dans l’ambre (1989, édition revue et augmentée 2012).

Table des matières

Préface de la deuxième édition
Prolégomènes
Première partie : L'épigramme alexandrine et hellénistique
I. La pierre et le livre
II. La « panthère parfumée » : un genre protéiforme
III. Le modèle et la variation
IV. L'arc et la flèche
IV. Les nouveaux poètes
Deuxième partie : L'épigramme latine
I. Méléagre à Rome
II. Situation de Catulle
III. Au nom de Sénèque
IV. Stratégies de Martial
V. « Arte de torear »
VI. Économie du distique
VIII. Armatures rhétoriques
VIII. Le prince de la pointe
Troisième partie : Renaissance de l'épigramme
I. Le poète dans la mélée
II. Hydropyriques
III. Picta poesis
IV. Le prédicateur merveilleux
V. John Owen : « The Anatomy of wit »
Bibliographie
Index auctorum

Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés