L'Abeille dans l'ambre

L'Abeille dans l'ambre

Célébration de l'épigramme de l'époque alexandrine à la fin de la Renaissance

Présentation

Ce livre, qui embrasse deux millénaires, n'est pas une histoire de l'épigramme : essai de poétique dans l'histoire, il poursuit plutôt une réflexion sur l'essence d'un genre à travers l'analyse des moment forts de son évolution.
Née en Grèce avec l'inscription qui lui donne son nom, tôt confiée à l'écrit et élargie à partir de l'époque alexandrine à toute la lyre, l'épigramme s'affirme à Rome davantage comme un phénomène oral et parlé : Catulle y enferme la violence, par un puissant resserrement Martial l'enrichit du contenu de la satire et l'arme pour toujours de la pointe éblouissante ; c'est avec celle-ci que l'épigramme de la Renaissance repart à la conquête de la variété originelle, qu'elle enrichit encore de formes inédites.
Au-delà de l'élargissement du champ et de la tension entre la venustas des Grecs et l'argutia latine se confirme l'unité dans le temps d'une forme brève, close, liée à l'objet et à la circonstance spéciale, qu'elle valorise par l'éclat de la rhétorique : soit l'opposé du haïku, autre forme brève mais « poème sans sillage », « fourmi sans ombre », quand l'épigramme a pour emblème l'Abeille, mixte de douceur miellée et de dard.
Succédant à la première édition, parue en 1989, la présente édition offre un texte revu, mis à jour à la lumière des découvertes et discussions les plus récentes et augmenté de trois nouveaux chapitres.

Biographies Contributeurs

Pierre LAURENS

Pierre Laurens, correspondant de l'Institut, professeur émérite à la Sorbonne où il a occupé la chaire de Littérature latine de la Renaissance, est l'auteur de nombreux ouvrages, dont : Anthologie grecque, Livre IX, deuxième partie, et X (1974 et 2011) ; Musæ reduces (1975) ; Baltasar Gracián, La Pointe ou l’Art du génie, trad. (1983) ; le Commentaire sur le Banquet de Platon de Marsile Ficin, éd. et trad. (2002) ; l’Africa de Pétrarque, éd. Et trad. (2006) ; Anthologie de la poésie lyrique latine de la Renaissance (2004) ; La dernière Muse latine, Douze lectures poétiques, de Claudien à la génération baroque (2008) ; L’âge de l’inscription (2010) ; L’Abeille dans l’ambre (1989, édition revue et augmentée 2012).

Table des matières

Préface de la deuxième édition
Prolégomènes
Première partie : L'épigramme alexandrine et hellénistique
I. La pierre et le livre
II. La « panthère parfumée » : un genre protéiforme
III. Le modèle et la variation
IV. L'arc et la flèche
IV. Les nouveaux poètes
Deuxième partie : L'épigramme latine
I. Méléagre à Rome
II. Situation de Catulle
III. Au nom de Sénèque
IV. Stratégies de Martial
V. « Arte de torear »
VI. Économie du distique
VIII. Armatures rhétoriques
VIII. Le prince de la pointe
Troisième partie : Renaissance de l'épigramme
I. Le poète dans la mélée
II. Hydropyriques
III. Picta poesis
IV. Le prédicateur merveilleux
V. John Owen : « The Anatomy of wit »
Bibliographie
Index auctorum

Découvrez aussi

La Dernière Muse latine
Histoire critique de la littérature latine
L'Âge de l'inscription
Les Mots latins pour Mathilde
L'Incognito
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés