Le Sens réel de « Seigneur du Ciel »
  • LXXIX + 650 pages
  • Livre broché
  • 12.5 x 19.2 cm
  • Chinois, Français
  • Bibliothèque chinoise
  • N° dans la collection : 12
  • Parution :
  • CLIL : 3377
  • EAN13 : 9782251100135
  • Code distributeur : 46099
  • Export ONIX 3.0

Le Sens réel de « Seigneur du Ciel »

Notes de : Thierry MEYNARD

Présentation


Le sens réel de « Seigneur du Ciel », bien qu' écrit par un Occidental, fait partie intégrante de la tradition intellectuelle chinoise, ayant influencé des penseurs comme Fang Yizhi, Huang Zongxi ou Dai Zhen. Il a aussi ouvert la voie à une quatrième école, celle du Christianisme confucéen, à côté des trois écoles traditionnelles du confucianisme, taoïsme et bouddhisme. Le Jésuite italien Matteo Ricci dialogue ici avec un lettré confucéen. Il écarte toutes les données de la religion révélée pour s’engager dans un travail de raison, s’appuyant à la fois sur la philosophie scolastique et sur les textes classiques chinois. Il démontre que la foi chrétienne est compatible avec la tradition chinoise la plus authentique.

Ce texte, longuement mûri, publié en 1603 et réédité de nombreuses fois en Chine, a été traduit en plusieurs langues. En langue française, il n’existe qu’une traduction du XVIIIe siècle. Aussi, nous présentons ici pour la première fois l’intégralité du texte chinois avec une traduction moderne et annotée.


Matteo Ricci (1552-1610) est reconnu en Chine et en Occident comme un pionnier dans le dialogue culturel. Originaire de Macerata, en Italie, il entré dans la Compagnie de Jésus, un ordre religieux récemment établi qui proposait une nouvelle vision et mission de l’Église dans le monde. Ricci accomplit sa formation dans les sciences humaines et naturelles au Collège Romain, puis en Inde, où il résida près de quatre années. Arrivé à Macao en 1582, il travailla dans le sud de la Chine pendant près de vingt ans, puis obtint l’autorisation de l’empereur de s’installer à Pékin. Sa contribution scientifique est justement acclamée, notamment sa traduction avec Xu Guangqi des Éléments de Géométrie d’Euclide. Ses traités de morale eurent aussi une grande diffusion dans les milieux lettrés. Enfin, il fonda des communautés chrétiennes qui perdurent jusqu’à nos jours.

Thierry Meynard, s.j., a obtenu en 2003 son doctorat en philosophie chinoise à l’université de Pékin. De 2003 à 2006, il a enseigné au département de philosophie de l’université Fordham, à New York. Il est actuellement professeur dans le département de philosophie de l’université Sun Yat-sen, à Guangzhou (Canton). Ses axes de recherche sont la pensée chinoise contemporaine, notamment confucéenne et bouddhiste, ainsi que l’échange intellectuel entre la Chine et l’Occident du XVIe au XVIIIe siècle. Il a publié The Religious Philosophy of Liang Shuming: The Hidden Buddhist (Boston: Brill, 2011), Confucius Sinarum Philosophus (1687): The First Translation of the Confucian Classics (Rome: IHSI, 2011), Following the Footsteps of the Jesuits in Beijing (St Louis: Jesuit Sources, 2006).

Presse

Il a ouvert le dialogue avec la Chine. Il avait quelques longueurs d'avance.
Artpress - 01/10/2013

On lui accordera volontiers la difficulté d'une telle entreprise.
L'Humanité supplément - 10/10/2013

Biographies Contributeurs

Matteo RICCI

Matteo Ricci (1552-1610) est reconnu en Chine et en Occident comme un pionnier dans le dialogue culturel. Originaire de Macerata, en Italie, il entré dans la Compagnie de Jésus, un ordre religieux récemment établi qui proposait une nouvelle vision et mission de l'Église dans le monde. Ricci accomplit sa formation dans les sciences humaines et naturelles au Collège Romain, puis en Inde, où il résida près de quatre années. Arrivé à Macao en 1582, il travailla dans le sud de la Chine pendant près de vingt ans, puis obtint l’autorisation de l’empereur de s’installer à Pékin. Sa contribution scientifique est justement acclamée, notamment sa traduction avec Xu Guangqi des Éléments de Géométrie d’Euclide. Ses traités de morale eurent aussi une grande diffusion dans les milieux lettrés. Enfin, il fonda des communautés chrétiennes qui perdurent jusqu’à nos jours.

Thierry MEYNARD

Thierry Meynard, s.j., a obtenu en 2003 son doctorat en philosophie chinoise à l'université de Pékin. De 2003 à 2006, il a enseigné au département de philosophie de l’université Fordham, à New York. Il est actuellement professeur dans le département de philosophie de l’université Sun Yat-sen, à Guangzhou (Canton). Ses axes de recherche sont la pensée chinoise contemporaine, notamment confucéenne et bouddhiste, ainsi que l’échange intellectuel entre la Chine et l’Occident du XVIe au XVIIIe siècle. Il a publié The Religious Philosophy of Liang Shuming: The Hidden Buddhist (Boston: Brill, 2011), Confucius Sinarum Philosophus (1687): The First Translation of the Confucian Classics (Rome: IHSI, 2011), Following the Footsteps of the Jesuits in Beijing (St Louis: Jesuit Sources, 2006).

Table des matières

Introduction, par Thierry Meynard

Bibliographie sélective

Préface au Sens réel de « Seigneur du Ciel »

 

Chapitre premier : Discussion sur le Seigneur du Ciel, créateur, maître et protecteur de l'univers

Chapitre II : Explication à propos des fausses conceptions sur le Seigneur du Ciel

Chapitre III : Discussion sur l'immortalité de l'âme humaine, comme la différenciant grandement des animaux

 

Chapitre IV : Réfutation des fausses théories concernant les esprits surnaturels et l’âme humaine, et explication de l’impossibilité pour l’univers de former une seule entité

Chapitre V : Réfutation des théories absurdes sur la transmigration dans les six destinées et de l’interdiction de tuer des êtres vivants, et explication du vrai motif du jeûne

 

Chapitre VI : Explication sur la permanence de l’intention, et discussion sur la nécessité du paradis et de l’enfer après la mort pour la rétribution du mal et du bien

Chapitre VII : Discussion sur la bonté naturelle de l’homme et description de la vraie pratique des chrétiens

Chapitre VIII : Résumé des coutumes de l’Occident, discussion sur le célibat des missionnaires et explication de l’incarnation du Seigneur du Ciel en Occident

 

Préface au Tianzhu shiyi, par Feng Yingjing

Préface à la réédition du Tianzhu shiyi, par Li Zhizao

Épilogue à la réédition du Tianzhu shiyi, par Wang Ruchun

Sommaire à l’inventaire des écoles éclectiques de la Collection complète des œuvres écrites réparties en quatre magasins

Index

Découvrez aussi

Mémoire sur les pays bouddhiques
Principes essentiels pour éduquer les jeunes gens
Trois pièces du théâtre des Yuan
Poèmes de jeunesse (735-755)
Mémoire sur les monastères bouddhiques de Luoyang
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés