Les Grammairiens lascifs
  • 154 pages
  • Bibliographie
  • Livre broché
  • 15 x 21.5 cm
  • Histoire
  • N° dans la collection : 95
  • Parution :
  • CLIL : 3377
  • EAN13 : 9782251380957
  • Code distributeur : 34178
  • Export ONIX 3.0

Les Grammairiens lascifs

La grammaire à la fin de l'Empire romain

Présentation

« Il se laissait appeler le Lascif, et ce surnom, si contraire à la pureté de sa vie, il ne le repoussa jamais, parce qu'il plaisait aux oreilles de ses amis. »
Pourquoi Ausone, dans sa Commémoration des professeurs de Bordeaux, a-t-il centré sur ce surnom à connotation érotique, Lascivus, l'évocation funèbre du grammairien Leontius, son ami et homme de grande dignité morale ? Tel est le point de départ de l'étude sociologique que Maria Grazia Bajoni consacre aux différents acteurs de la profession enseignante à Rome, depuis le grammaticus qui donnait la formation élémentaire, jusqu'au professeur de rhétorique qui prenait la suite, le même terme de grammaticus désignant aussi les grammairiens érudits, ancêtres de nos linguistes modernes.
L'immoralité des grammairiens est presqu'un lieu commun de la civilisation romaine. Pervers, libidineux ou seulement incultes, les chasseurs de barbarismes passent pour avoir des mœurs dissolues. À qui la faute ? Le type du « maître corrompu » se trouve un peu partout dans les textes anciens. Suétone (70-122) présente un Remmius Palaemon méprisable qui se consacre à des pratiques infamantes envers les femmes. Ausone (310-395) dit de même dans les épigrammes consacrés au grammairien Eunus, plaisantant sur la perversion du personnage qui n'a d’égale que son ignorance. Sexe et grammaire : pourquoi et comment s'est constituée cette relation ? Comment expliquer ce rapport entre l'écriture, l'écrit et le comportement de celui qui maîtrise la grammaire ?
Loin d’être un essai sur l’éducation dans l’Antiquité classique, ce livre est une enquête sur une profession et des hommes qui, en Grèce et à Rome, se trouvaient à la fois au sommet et à la marge de la culture imposée par la tradition et les institutions politiques.

Après des études de littérature latine et de philologie classique à l'Université Catholique de Milan, Maria Grazia Bajoni s'y est vu confier depuis 1980 un enseignement de langue latine. Ses publications ont porté en particulier sur l'œuvre philosophique d'Apulée et sur Ausone. Elle prépare actuellement une étude à la fois institutionnelle et linguistique de la diplomatie romaine tardive.

Presse

Ce livre a le mérite de nous replonger dans nos chères études, de nous donner envie de relire cette peste d'Ausone, rhéteur devenu haut fonctionnaire sous l'empereur Valentinien, au IVe siècle de notre ère. Mais il nous invite aussi à réfléchir sur la façon dont la société moderne considère nos propres « grammairiens ». J.-C. P.
Livres Hebdo - 07/11/2008

La grammaire et l'orthographe ne vous ont laissé que de mauvais souvenirs ? Sachez que dans l'Antiquité, la maîtrise de la langue était liée, au sein de l'imaginaire collectif, à l'exercice de la vertu, autrement dit aussi du vice. (...) On découvre dans cet ouvrage que l'utilisation correcte des lettres (l'orthographia) pouvait recouvrir une grammaire des sexes souvent contraignante, mais qui pouvait parfois se révéler ludique. J.-L. J.
Le Monde - 28/11/2008

Biographies Contributeurs

Maria Grazia BAJONI

Maria Grazia Bajoni a enseigné les lettres anciennes à l'Université Catholique de Milan. Elle s'est tout d’abord intéressée à la fable et au roman anciens (Phèdre, Pétrone, Apulée). Depuis une dizaine d’années, elle consacre ses recherches à l’Antiquité tardive romaine, en particulier à la rhétorique de la diplomatie à la fin de l’Empire romain.

Table des matières

Remerciements

Avertissement

Introduction

Chapitre I : Grammairiens et rhéteurs

Chapitre II : Hommes d'école sans fard

Chapitre III : Mœurs, grammaire, politique

Chapitre IV : Entre grammaire et sexe

épilogue

En guise de conclusion

Notes

Sélection bibliographique

Découvrez aussi

Faussaires et critiques
Le Miroir.
Public et littérature en France au XVIIe siècle
L'Excentricité académique
Tradition et critique des textes grecs
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés