Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome I : Livre I

Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome I : Livre I

Texte établi et traduit par : Jean-Frédéric CHEVALIER

Présentation

Les noces de Philologie et de Mercure de Martianus Capella (Martiani Minei Felicis Capellae De nuptiis Philologiae et Mercurii), un prosimetrum composé de 9 livres, transmettent les savoirs spécifiques aux arts libéraux. Les deux premiers livres de cette encyclopédie, composée à Carthage vraisemblablement au début du Ve siècle de notre ère par un avocat qui ne livre que des informations énigmatiques sur lui, mettent en scène le cadre allégorique du récit. Dans le livre I, le dieu Mercure, fils bien-aimé et interprète des pensées de Jupiter, demande le droit d'épouser Philologie, une vierge très docte, capable de contraindre les dieux à satisfaire sa soif de connaissances. Un double prologue (un hymne à Hyménée puis un récit en prose autoparodique) ouvre le conte philosophique ; le récit met alors en scène le Cyllénien en quête d'une épouse, mais seul Apollon Pythien peut révéler le nom de l'épouse idéale. La traversée périlleuse d'espaces surnaturels, l’ascension céleste, la consultation d’Apollon Musagète puis de Sa Majesté Jupiter, enfin la convocation du Conseil des dieux par Jupiter Maître suprême sont l’occasion d’exposés théologiques parfois mystérieux. Après une allocution solennelle de Jupiter, le livre I se clôt sur la proclamation des noces pour le lendemain. Mêlant le rire au sérieux, le récit offre un syncrétisme philosophique et religieux inspiré essentiellement du néoplatonisme et des Oracles Chaldaïques. L’exposé des connaissances, jusqu’à l’enseignement d’Harmonie au livre IX, se présente comme un cheminement spirituel initiatique dont les principes sont déjà énoncés dans le cadre de la fiction poétique des livres I et II. Le livre I peut ainsi être conçu comme une « encyclopédie » spirituelle transmise sous le voile de la fantaisie du mythe. Les noces de Philologie et de Mercure, testament du paganisme antique, ne seront redécouvertes qu’au début du IXe siècle. L’édition critique publiée dans ce volume s’appuie principalement sur la lecture de 7 manuscrits du IXe siècle, dont 3 n’avaient pas été collationnés pour le livre I par A. Dick (Stuttgart, Teubner 1925, réédition 1978) ou J. Willis (Leipzig, Teubner, 1983). L’introduction insiste sur le contexte littéraire et philosophique avant de présenter la tradition manuscrite. Le texte a déjà été plusieurs fois traduit, par exemple en anglais par W. H. Stahl, R. Johnson et E. L. Burge (New York, 1977), en italien par I. Ramelli (Milan, 2001) et par L. Cristante, I. Filip, L. Lenaz (Hildesheim, 2011), mais aussi en français par V. Di Natale (dans la revue Dédale 11-12, 2000). Dans cette nouvelle traduction une attention particulière a été consacrée au rythme des vers de ce prosimetrum.

Biographies Contributeurs

Jean-Frédéric CHEVALIER

Jean-Frédéric Chevalier est professeur de langue et littérature latines à l'Université Paul Verlaine-Metz. Il a publié dans la collection des Classiques de l’Humanisme l’Ecerinis, les Épîtres métriques sur la poésie et le Somnium d’Albertino Mussato.

Table des matières

Introduction

Bibliographie

Conspectus siglorum

Texte et traduction

Notes complémentaires

Index verborum

Index nominum

Index graecus

 

Découvrez aussi

Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome VII, Livre VII : L'Arithmétique
Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome IV, Livre IV : La Dialectique
Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome VI, Livre VI : La Géométrie
Les Noces de Philologie et de Mercure. Tome IX, Livre IX : L'Harmonie
Opuscules philosophiques. Fragments: Du Dieu de Socrate - Platon et sa doctrine - Du monde
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés