Œuvre poétique
  • LXXVI + 190 pages
  • Bibliographie, Index
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • Français, Grec ancien
  • Fragments
  • N° dans la collection : 16
  • Parution :
  • CLIL : 3437
  • EAN13 : 9782251742144
  • Code distributeur : 44967
  • Export ONIX 3.0

Œuvre poétique

Traduit par : Laetitia REIBAUD

Présentation

Xénophane de Colophon, poète et penseur de la fin du VIe siècle et du début du siècle suivant, est un personnage énigmatique, au cœur de nombreuses interrogations. Sur sa vie, il ne nous reste que très peu de témoignages, très peu de certitudes et quelques légendes qui ont suffi à lui forger une réputation. Critiquant sévèrement Homère et Hésiode pour les « mensonges » qu'ils ont contés au sujet des dieux, attaquant les croyances populaires, les superstitions, les idées reçues et les comportements de ses contemporains, il a laissé à ses successeurs, pour des siècles, le souvenir d'un satiriste acerbe et d'un austère moralisateur. Mais Xénophane est aussi lié à l'histoire de la philosophie : disciple des philosophes de Milet – d’Archélaos ou d’Anaximandre selon les sources –, il aurait pris position contre certaines théories de Thalès et de Pythagore, serait l’auteur d’un grand poème didactique intitulé Sur la nature et aurait le premier affirmé l’unité de la divinité et celle de l’être. En tant que tel, il aurait été le maître de Parménide et le fondateur de l’école d’Élée.
Il est probable que la légende exagère l’importance qu’a pu avoir Xénophane dans l’histoire de la philosophie. On retrouve cependant des échos de sa pensée chez les plus grands philosophes des siècles postérieurs, et notamment chez Platon, chez Aristote, ses élèves et ses commentateurs, chez Cicéron, ou encore, bien plus tard, dans les écrits des auteurs chrétiens qui ont vu en Xénophane le premier théologien monothéiste.

L’œuvre de Xénophane a malheureusement souffert d’une très mauvaise transmission. Les fragments qui nous en restent sont écrits en vers, dans une langue qui tente de concilier archaïsmes poétiques d’une part, précision philosophique, rigueur de raisonnement, vocabulaire moderne d’autre part. Ces vers sont manifestement l’œuvre d’un esprit critique des plus vifs, exigeant et rigoureux, et laissent entrevoir une personnalité profondément originale, avide de connaissance et de vérité.
Le lecteur dispose du texte grec et de sa traduction, accompagnée de notes qui donnent un aperçu des différentes interprétations poétiques et philosophiques proposées pour ces fragments par les commentateurs antiques et modernes.

Traduction et note de Laetitia Reibaud, agrégée de grammaire.

Biographies Contributeurs

XÉNOPHANE DE COLOPHON

Xénophane était fils d'un certain Dexios et originaire de la ville de Colophon, en Ionie. C'est dans cette cité que sont nés, un peu avant lui, les poètes Polymneste et Mimnerme, et l’on disait aussi qu’Homère y avait vu le jour. La date de naissance de Xénophane n’est pas établie avec certitude. Des témoignages affirment qu’il serait né pendant la cinquantième Olympiade (580-576 av. J.-C.), ou même pendant la quarantième (620-617 av. J.-C.), mais ces dates ne s’accordent pas avec les écrits d’autres doxographes qui soutiennent notamment que Xénophane aurait, à la fin de sa vie, vécu à la cour de Hiéron de Syracuse, dont le règne s’étend de 476 à 467. Dans l’un de ses poèmes (fr. 8, v. 3), il dit lui-même avoir quitté sa cité natale à l’âge de vingt-cinq, probablement « quand le Mède est venu » (fr. 22, v. 5), c’est-à-dire au moment de la conquête de l’Ionie et de la prise de Colophon par le Mède Harpage, vers 545 av. J.-C. Il serait donc né, vraisemblablement aux alentours de 570 av. J.-C. La date de sa mort est elle aussi incertaine. Les doxographes s’accordent cependant sur la longévité exceptionnelle de Xénophane, et lui-même nous en donne un témoignage dans le fragment 8 (v. 1-2), où il affirme que soixante-sept ans se sont écoulés depuis son départ de Colophon : il a donc quatre-vingt-douze ans au moment où il écrit. Les fragments et témoignages qui nous sont parvenus tendent en effet à montrer qu’il serait né assez tôt pour connaître Anaximandre et Thalès, dont il aurait critiqué les théories si l’on en croit Diogène Laërce, et qu’il aurait vécu assez vieux pour être contemporain d’Héraclite (qui cite Xénophane dans son fr. 40, voir ci-dessus), côtoyer Épicharme et Simonide à la cour de Hiéron, et peut-être même répondre aux propos d’Empédocl3. Xénophane a donc pu vivre jusque 475 av. J.-C. environ. Chassé de sa patrie par les Mèdes, il semble qu’il ait mené une vie de voyages à travers la Grèce, allant « de cité en cité », comme il le dit dans les fragments 8 et 45. Quelques témoignages succincts laissent imaginer que ses errances l’auraient mené dans les îles de Paros, Malte et Lipari. Selon Diogène, Xénophane aurait, enfin, gagné la Sicile, séjourné à Zancle (Messine), puis à Catane, avant de s’installer à Syracuse, à la cour de Hiéron, vraisemblablement à la fin de sa vie. D’après Diogène (9, 20), enfin, il aurait aussi pris part à la colonisation de la cité d’Élée en Grande Grèce. Une anecdote, rapportée par Aristote, le montre d’ailleurs conseillant les habitants de cette cité à propos d’un culte qu’ils voulaient instituer. Ses voyages l’ont conduit à rencontrer certains grands penseurs et poètes de son temps, rencontres dont nous trouvons la trace dans les vers qui nous restent. C’est sans doute au cours de ses voyages en Grande Grèce que le poète a dû entendre parler de la communauté. À la cour de Hiéron, sans doute a-t-il rencontré le poète Simonide, dont il se moque dans ses fragments ; il a sûrement côtoyé également Épicharme, poète comique et philosophe, qui aurait écrit à son propos. Enfin, la tradition veut que Xénophane, à Élée, ait rencontré Parménide, et que celui-ci ait été son élève, mais peut-être ne s’agit-il que d’une légende.

Laetitia REIBAUD

Agrégée de philologie, Laetitia Reibaud est actuellement enseignante et doctorante à l'Université de Paris-Sorbonne, en Littérature comparée, et travaille particulièrement sur la poésie élégiaque européenne du XXe siècle et ses origines antiques.

Table des matières

INTRODUCTION

 

I. REPERES BIOGRAPHIQUES ET COMPOSITION DES FRAGMENTS

De Colophon à Syracuse

Xénophane rhapsode ?

Les Élégies, les Silles et le poème Sur la nature

 

II. QUELQUES MOTS SUR LA PENSEE DE XENOPHANE

Xénophane critique et polémiste

Les éléments d'une physique, d'une théorie du divin et d'une théorie de l'être ?

Xénophane, les Milésiens et les Éléates

La question du monothéisme

La place de Xénophane dans la philosophie

 

III. LA POESIE DE XENOPHANE

Mètres et facture du vers

L'agencement des mots dans le vers : l'héritage homérique

La langue de Xénophane : entre héritage archaïque et modernité

Vocabulaires homérique, poétique, philosophique

 

IV. PRINCIPES DE LA PRESENTE EDITION

REMERCIEMENTS

TABLE DES ABREVIATIONS

LES FRAGMENTS DE XENOPHANE

VERS ÉLEGIAQUES

SILLES

SUR LA NATURE

FRAGMENTS DE LA PLACE INCERTAINE

FRAGMENT LEBEDEV

 

ANNEXES

IMITATIONS

EXTRAITS DE LA DOXOGRAPHIE DE XENOPHANE

INDEX des mots, expressions et formes employés par Xénophane et ses doxographes

INDEX des noms de penseurs et d'auteurs

BIBLIOGRAPHIE

Découvrez aussi

Œuvre poétique et autres Fragments
Fragments poétiques
Historiens d'Alexandre
Epigrammes latines de l'Afrique vandale
Exhortation à la philosophie
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés