Pour le moins
  • 128 pages
  • Livre broché
  • 16 x 22.5 cm
  • Encre Marine
  • Parution :
  • CLIL : 3126
  • EAN13 : 9782350880174
  • Code distributeur : 35347
  • Export ONIX 3.0

Pour le moins

Présentation

Ce texte propose d'abord la recension du diminué et du friable, – à la fois ce qui se délite et les résultats de cette déconstruction. En d’autres termes, on rassemble ici la poussière, les empreintes, les traces les ombres, le vaste paysage de l’inconsistance.
La question sera de savoir si tous ces brins méritent d’entrer dans une esthétique minimale, s’ils peuvent aussi relever d’une science d’observation et d’interprétation qui les enrichirait et les sauverait d’une déconsidération qui les frappe.
Afin de résoudre ces problèmes, nous fixons les conditions à remplir afin de mériter cette exhaustion – la fin du rejet ou même de l’éloignement. Nous nous arrêterons même sur une discipline qui sait tirer de l’or – une nuée d’informations – à partir de ce qui commence à disparaître et ne nous laisse que des résidus et du décomposé.

Presse

Il s'agit bien plus que d'une réhabilitation de la poussière dans sa dignité, ce qui ne serait déjà pas inutile. En fait, Dagognet propose rien moins qu'une déflation drastique de toutes les classiques conceptions de la matière, qui se révèlent à la fois grandiloquentes, cosmiques et comiques. Le philosophe plaide pour l'infime et le minime, sachant combien ce choix est également riche de conséquences artistiques et esthétiques multiples. La phrase à retenir :"Le plus déterminant se situe dans le plus diminué."
- 23/10/2009

Mal connu du grand public, François Dagognet a derrière lui une œuvre puissante et originale. S'il ne cherche nullement à se poser en s'opposant, ce disciple de Bachelard a su étreindre des champs peu classiques, écrivant sur les détritus, par exemple. Le voici parti à la rencontre de l'infiniment petit, les poussières, les cendres et même les ombres et les traces.
- 19/01/2010

Notre époque aime le spectaculaire et l'excessif, en même temps qu'elle cultive les misères. Nos sensibilités émoussées finissent par croire que seul ce qui frappe et blesse a de l'importance. Contre cette tendance du temps présent, le philosophe François Dagognet, quatre-vingt-cinq ans, nous invite dans son dernier livre, Pour le moins, à penser à toutes ces choses inconsistantes qui ont plus de sens que les grandes catastrophes : la poussière, l'ombre, la trace des pas, l'art minimaliste.Le projet dont on a ici le dernier éclatant témoignage n'est pas seulement philosophique au sens étroit du mot. Il est aussi politique.
- 19/10/2009

Recenseur du diminué et du friable, louangeur de l'atomisé, du pulvérisé, métaphysicien de l'inconsistant et de l'atmosphérique, Dagognet sédimente la craie, réifie le corpusculaire, donne matière à l'ombre, refait l'élevage de la poussière. Dagognet réinvente, à partir du ténu, une « ontologie du substantiel ». Cet éloge du moins que rien, de l'infra-mince, de « l'hyper diminué » est à méditer, en ces temps de climatique sociale houleuse. François Dagognet serait-il, sans avoir l'air de rien, en train de signaler la goutte d'eau qui fait déborder le vase, le grain de sable qui immobilise la machine, le bruissement du papillon qui crée les cataclysmes ?

Découvrez aussi

Philosophie du travail
Philosophie d'un retournement
Les Noms et les mots
Philosophie du transfert
L'Argent
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés