Voir et incarner

Feuilleter le livre

  • 464 pages
  • Bibliographie, Index
  • Livre broché
  • 16 x 22.5 cm
  • Encre Marine
  • Parution :
  • CLIL : 3677
  • EAN13 : 9782350880860
  • Code distributeur : 50014
  • Export ONIX 3.0
English version

Voir et incarner

Une phénoménologie de l'espace corps – architecture – ville

Présentation

Le but, sinon la visée, de cet ouvrage ressortit à une tentative de mise au jour d'une intelligibilité des rapports sociaux, politiques et idéologiques, historiquement institués entre le corps, l’architecture et la ville. Sans prétendre vouloir faire l’inventaire exhaustif des multiples associations, dépendances voire des unions, osmoses, fusions entre ces trois objets ou sphères de recherche, eux-mêmes inscrits dans une interrogation plus large sur l’espace et le temps, ce recueil de textes tente d’analyser les moments forts, les noyaux durs, les structures pérennes dont ils dépendent plus ou moins directement.
Quelle est la thèse centrale de cet ouvrage ? Elle est qu’au cœur des rapports réels, symboliques ou encore imaginaires établis entre le corps humain et l’espace, qu’il soit construit matériellement au moyen de l’architecture ou peint par le biais de fresques ou de tableaux, il est de fait question d’un puissant mouvement dont le corps est à l’origine et auquel la pensée sous le registre spéculatif de l’intuition, de l’anticipation, voire sur le modèle de la construction elle-même, lui est attachée.
Les différents chapitres de cet ouvrage soutiennent une interrogation sur la cristallisation d’une symbolique corporelle de l’architecture, la mise au jour de la projection du corps – des parties du corps ou du corps tout entier – dans l’architecture voire dans la ville, la réfraction de l’architecture dans le corps, enfin sur l’organisation de la ville perçue comme un gigantesque corps. Le développement de l’ouvrage cherche à montrer que l’organisation du corps, sa dynamique, son mouvement général dans la société occidentale participe de la structure de l’architecture autant que celle-ci le structure jusqu’à procéder à une forme d’amalgame voire de fusion entre eux.

Presse

A se recentrer sur notre corps, il se pourrait bien qu'on retrouve une liberté... toute intérieure.
Philosophie magazine - 05/06/2015

Les livres. Notre sélection
Philosophie magazine

Biographies Contributeurs

Marc PERELMAN

Marc Perelman (1953 -) partage son temps entre ses recherches et leur enseignement à l'Université, la rédaction régulière d'ouvrages et d’articles et la direction de collections de livres. Enseignant-chercheur à l’Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, il intervient dans les disciplines de l’Esthétique (édition, livre) et de l’Architecture (histoire, théorie, patrimoine). Il a publié entre autres ouvrages Urbs ex machina, Le Corbusier (le courant froid de l’architecture) (Les Éditions de la Passion, 1986), Construction du corps / fabrique de l’architecture. Figures, histoire, spectacle (Les Éditions de la Passion, 1994) et plus récemment : Le Sport barbare. Critique d’un fléau mondial (Michalon, 2012).

Table des matières

Avant-propos

Du corps (matrice, projection, identification) à l'architecture et à la ville (réception, absorption, intégration)
Le sens d'une recherche : la place centrale du corps
Une toute première définition : altérité, non-altérité et identité
À l’origine est le corps, sa projection vers l’architecure
Alberti et surtout Filarète : l’édifice-corps 
Architecte et mère porteuse
Groddeck et l’architecture
Architecture, moi-peau et protection
Les fins du corps ; la ruine de l’architecture
« C’est en jetant un coup d’oeil à travers les brèches de bâtiments endommagés que nous pouvons apercevoir l’intérieur et acquérir
au moins un début de compréhension »
Visualiser : le coeur du projet 
Le pseudo-concret 
Une connaissance fragmentaire : la façade 
Entre visibilité et invisibilité 
L’architecture entre visible et invisible ; le corps entre présence et absence 
La ville no limit et ses frontières conceptuelles
La naissance d’un temps intégral
Le temps, une esthétique du corps
Du cadre de vie au cadre visuel : la compression des corps
Sublimation et identification
La disparition du sublime
Le changement qualitatif du temps, perspective

Corps mobiles, corps immobiles

« Bâtir Habiter Penser » contre Heidegger
Avant Lui 
À quel moment et dans quelles circonsances Il apparut 
De l’essence, toujours plus d’essence 
Des textes sacrés relus par l’avant-garde prolétarienne
Heidegger, lui-même, dans le texte 
La question de l’origine… 
… puis celle de l’être
De Heidegger aux zélateurs et vice versa
Pour conclure

Le poli et l’ordre (Canetti et l’architecture)

Giotto. La surface de l’espace – l’espace du mur
Assise
Négation de la surface 
Padoue
La constitution de l’espace par le creusement de la surface et le surgissement du corps
Le corps engendre l’espace 
L’ istoria 
Espace théorique et espace empirique
Une conscience nouvelle
Une visualisation totale pour un espace total 
Chapelle Bardi (Florence) 
L’anatomie du bâtiment
Le rêve de Giotto 

Brunelleschi : la perspective
La description 
Mise en scène
Face et visage, apparition et disparition
La fissure brunelleschienne : un dispositif diurne
Trajet et vision : le statut du miroir 
Une poussée anticipatrice : la mise en forme du spectacle
Le retournement du regard 
Les limites du visible 
La vision et son devenir spatial 
Une scène onirique
« Cet infini que les choses n’atteignent pas dans la progression, elles l’atteignent dans la rotation. » (Fernando Galiani)
Faire venir au jour la scène perspective 
Un objet qui se spatialise ; une lumière spatiale
Ciel et nuages
Une circulation hydrique
Perturber l’immobilité .
L’architecture/le corps
Pulsion de voir, pulsion de savoir
Sonore et visuel

Brunelleschi : la coupole
Une double calotte 
La coupole, une analogie avec le corps 
La peau de l’édifice
La figure mobile de la coupole : rotation/élévation
L’escalier est le processus spatial de l’élévation/rotation 
Espace diurne vs espace nocturne
Entre ciel et terre : la coupole comme nature
Le changement de temps

Origines radicales et fins mélancoliques de l’architecure postmoderne
Bref rappel historique 
L’architecure postmoderne comme remise en cause de la proportionnalité
Ce qu’il en est aujourd’hui 
Définir l’architecure postmoderne
L’image du postmodernisme. Un exemple parmi tant d’autres
Faire surgir une nouvelle scène urbaine 
Fente et axonométrie : un premier bain
L’axe « organique » et l’angle vif 
Fantasme aqueux et onirisme du vol : l’Arche de Noé
La mort désirée : « Coop Himmelblau » 
Vers le non-projet

La télévision comme espace d’intimité tyrannique

Secret – architecture
Premier cercle 
Second cercle 
Troisième cercle 
Quatrième cercle 
Cinquième cercle 

Transparence
Que dit Le Corbusier ? 
Les antécédents idéologiques

Sources 
Bibliographie (ouvrages, articles et sites référencés)
Index des noms
Ouvrages du même auteur

 

Découvrez aussi

La Vie vaut la peine d'être visage
Clés et ébauches de clés
Cézanne
Esquisse biographique
Les Avantages de la vieillesse et de l'adversité
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés