La Mort de l'État-providence

La Mort de l'État-providence

Vive les assurances sociales!

Préface de : Xavier BERTRAND

Présentation

Lourdement déficitaire, obèse, inutilement compliqué, traditionaliste, ingérable, l'État providence est à bout de souffle. La pénible agonie de ce géant qui redistribue le tiers du PIB entraîne la stagnation et le chômage ; elle empêche tout retour à l’équilibre des finances publiques. L’acharnement thérapeutique ne fait qu’amplifier le sinistre : la destruction créatrice doit faire son œuvre. Il nous faut innover hardiment, remplacer l’État providence par de vraies assurances sociales, efficaces, compatibles avec l’économie d’échange : quand un secteur aussi important est fermé à la modernisation, les conséquences sont terribles ! Il nous faut en particulier rompre avec le mensonge qui fait des cotisations vieillesse la cause juridique de nos droits à pension, car payer la retraite de nos aînés ne prépare en rien la nôtre : celle-ci dépend des enfants que nous mettons au monde et que nous éduquons. Le jour où l’enseignement et les prestations familiales ne seront plus financés par des impôts et cotisations qui ne rapportent rien à ceux qui les paient, mais par une prime d’assurance retraite, nous cesserons de crouler sous les prélèvements obligatoires sans contrepartie. Quand l’échange social – un échange non marchand, fortement solidaire – aura remplacé la redistribution sociale, une des conditions les plus importantes pour le retour de la croissance et du plein emploi sera enfin réalisée.

Arnaud Robinet, docteur ès-sciences, est enseignant chercheur et praticien hospitalier. Député et conseiller général de la Marne, il est secrétaire national en charge des retraites à l’UMP. Il siège à la Commission des affaires sociales de l’Assemblée depuis 2008.

Jacques Bichot est économiste, professeur émérite à l’Université Lyon 3. Il travaille particulièrement sur la réforme de la protection sociale, pour laquelle il fait depuis trente ans des propositions novatrices, exposées dans de nombreuses publications.

Presse

Réinventer l'Etat providence. 
Le Figaro Magazine - 18/10/2013

Une remise en cause radicale de la Sécu par un systèmes de droits sociaux personnels.
Liaisons Sociales Magazine - 01/12/2013

Loin de vouloir démanteler la protection sociale, nos auteurs proposent donc de la reconstruire en cohérence avec les réalités économiques.
Futuribles - 01/05/2014

Arnaud Robinet, membre de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale depuis 2009, et Jacques Bichot, économiste, montrent à travers cet ouvrage que l'absence de "contributivité" rend néfaste la protection sociale française.
Valeurs actuelles - 24/10/2013

Une pièce importante dans le débat majeur sur la protection sociale.
Les Echos - 26/11/2013

Un livre courageux et salvateur.
Population & Avenir - 01/01/2014

Ces auteurs proposent donc un projet d'envergure pour remplacer l'Etat providence par de "vraies assurances sociales".
La Croix - 06/02/2014

Biographies Contributeurs

Jacques BICHOT

Jacques Bichot, docteur en mathématiques et ès sciences économiques, est professeur émérite à l'université Jean Moulin (Lyon 3). Il a siégé 15 ans au Conseil économique et social et présidé durant 14 ans une importante fédération d’associations familiales. Il a écrit une quinzaine d’ouvrages, consacrés principalement aux questions monétaires et financières, aux politiques sociales, et à l’emploi. Beaucoup de ses articles sont accessibles sur le site bichot.net.

Arnaud ROBINET

Arnaud Robinet, docteur ès sciences, est enseignant-chercheur et praticien hospitalier. Député et conseiller général de la Marne, il est membre de la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale depuis son élection en décembre 2008. Secrétaire national en charge des retraites à l'UMP, il a animé une mission d'information et travaillé sur la réforme du système des retraites.

Table des matières

 

Préface, par Xavier Bertrand

Introduction

Au cœur de la crise, l'État providence

Des « Trente Glorieuses » aux « Quarante Piteuses »

Gare au tsunami !

La langueur a gagné presque toute l’Europe

Des finances sociales en berne et sur une pente savonneuse    

Des vases communicants incompatibles
avec une bonne gestion

Deux vases communicants, la branche vieillesse et la branche famille

La tuyauterie créée suite à la réforme des retraites des cheminots

Une protection sociale à la dérive est synonyme de langueur économique

Comment l’assurance maladie affecte la santé
de notre économie

Les cotisations patronales, instrument de lutte des classes

Le piège des faux revenus et des faux droits s’est refermé
sur l’assurance vieillesse

L’État providence, source la plus importante de faux revenus
en Europe

Extension de la gangrène

Les faux revenus sont comme les stupéfiants :
le sevrage est très difficile

 

L’État providence doit céder la place
aux assurances sociales

Réduire l’État providence n’est pas la solution

Le cas de l’assurance dépendance

Les exonérations et allègements de charges sociales

Conséquences du financement fiscal et quasi fiscal
de la sécurité sociale

Les deux types de prélèvements obligatoires

La Déclaration des droits de l’homme limite le recours
aux prélèvements obligatoires sans contrepartie

La vertu de l’échange

Passer de la bureaucratie à l’échange

Comment passer de l’État providence bureaucratique
à l’échange social ?

Vers un échange mutualiste ayant valeur de pacte citoyen

Les échanges entre générations successives

 

La fiche de paie vérité

Le paternalisme patronal, ancêtre de la sécurité sociale

Les cotisations patronales, survivance d’un passé révolu

Les cotisations patronales, miroir déformant de notre vision
des choses

Les cotisations patronales, portes d’entrée de regrettables
stratégies

Comment se passer de cotisations patronales ?

Un pas vers un vrai marché du travail

Éviter les conflits sociaux stériles

 

Le théorème de Sauvy

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle

Une histoire d’investissement et de dividende

La dramatique méconnaissance du théorème de Sauvy

Une tromperie permise par la religion de l’État providence

Un exemple de théologie des retraites : la théorie
de la réciprocité indirecte

Où l’échange est confondu avec l’une de ses formes, le marché

Où l’on impute au xxie siècle des difficultés du xixe

Où l’on impute à l’échange intergénérationnel familial les défauts
de l’État providence

Où l’on confond l’économie avec la morale

Où l’on reconnaît que la législation des retraites par répartition copie
l’espoir religieux de rétribution des actes méritants

Où l’on reconnaît le manque d’efficacité de la réciprocité ascendante       

L’appel à la solidarité ne dispense pas du réalisme
économique

 

Un très grand mensonge juridique et ses conséquences       

Le droit positif des retraites est mensonger

Un système Ponzi ?

Le musée des horreurs

Retraites Ponzi et démagogie

Un système français socialement injuste

Un système globalement injuste

L’injustice confirmée par des études de cas

 

Comment en est-on arrivé à un système de faux droits ?

Des droits à pension attribués en dépit du bon sens

Les droits à pension : de faux droits à deux égards

La mise en place du mensonge des retraites

Le choix des retraites à prestations définies

Passer enfin aux cotisations définies

Faire payer les machines ?

 

Passer des faux droits aux vrais droits :

une question de pérennité et de justice

Le pacte assurantiel : penser la redistribution autrement

Libérer la réflexion du carcan institutionnel : penser global

La Caisse nationale investissement jeunesse :
moteur du changement

La contribution jeunesse

Pour un régime unique d’assurance vieillesse

Régime unique ne veut pas dire caisse unique

Les cotisations vieillesse et leur usage : vers une éthique
de responsabilité

Une petite dose de capitalisation classique
au sein de la répartition

 

Retraites : passage à un système unique par points
pour une plus grande justice sociale

Inéquitables et liberticides annuités, ou l’injustice du système

La retraite par points pour une plus grande flexibilité
de gestion

Les points doivent être de « vrais droits »

Retraite à la carte avec neutralité actuarielle :
le choix de la responsabilisation

La souplesse des points : réponse aux besoins du quotidien       

Comment passer des annuités aux points ? Le timing

Sans technique, le timing n’est rien !

 

Assurance maladie : rétablir enfin une contributivité
mutualiste

La CMU, mauvaise réponse à un vrai problème

Remplacer la CMU par une médecine générique

La superposition de la sécurité sociale et d’assurances santé complémentaires : un gouffre financier

Vers une simplification des rapports de l’assurance maladie
avec les autres branches

Sortir du fatras de recettes actuellement destinées
à l’assurance maladie

Comment limiter l’incitation au farniente ?

La question du monopole

 

Conclusion

Découvrez aussi

Le Labyrinthe
Chômage: inverser la courbe
Pour que votre retraite soit un succès !
Le Procès de la communication
Le Continent des imprévus
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés