Commentaire sur l'ouvrage de Filangieri

Commentaire sur l'ouvrage de Filangieri

Préface de : Alain LAURENT

Présentation

« Pour la pensée, pour l'éducation, pour l’industrie, la devise des gouvernements doit être laissez faire et laissez passer »: cette sentence finale du Commentaire sur l’ouvrage de Filangieri résume on ne peut mieux l’esprit de radicalité libérale qui en imprègne tout le propos.

Paru en 1822-24 et curieusement jamais republié depuis en France, ce texte fondamental et néanmoins trop méconnu de Benjamin Constant prend prétexte d’une lecture critique du livre du juriste italien Gaëtano Filangieri, La Science de la législation (1780), pour procéder, comme l’a pertinemment noté l’un de ses meilleurs biographes, à « l’exposé le plus hardi et le plus complet de sa doctrine », au sujet de l’économie, de la justice sociale, du droit pénal, de l’esclavage, de l’éducation ou de la religion.

La force et la remarquable originalité de ses développements théoriques pointant de manière prémonitoire les dangers d’une montée croissante du « despotisme législatif » font de ce Commentaire un ouvrage majeur de Constant, indispensable à la meilleure connaissance – non édulcorée – d’une pensée dont la place éminente dans l’histoire des idées ne cesse de se confirmer.

Biographies Contributeurs

Benjamin CONSTANT

Ecrivain et homme politique

Alain LAURENT

Alain Laurent est philosophe, essayiste et directeur des collections « Bibliothèque classique de la liberté » et « Penseurs de la liberté » aux Belles Lettres.  

Découvrez aussi

Les Penseurs libéraux
Essais de philosophie, de science politique et d'économie
Sophismes économiques
Essai sur les limites de l'action de l'Etat
Abrégé de L'Action humaine, traité d'économie
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés