Leçons sur la traduction
Leçons sur la traduction

Feuilleter le livre

  • 160 pages
  • Livre broché
  • 12.6 x 19 cm
  • Traductologiques
  • N° dans la collection : 12
  • Parution :
  • CLIL : 4053
  • EAN13 : 9782251451008
  • Code distributeur : 66097
  • Export ONIX 3.0

Leçons sur la traduction

Traduit par : Julien Bal, Irène Bouslama, Lucia Visonà, Texte établi par : Maria Vittoria Tirinato

Présentation

Du 20 au 23 novembre 1989, le grand poète italien Franco Fortini, également traducteur et critique littéraire, fut invité par l’Institut de Philosophie de l’université de Naples à donner quatre Leçons sur la traduction ; au cours des mois précédents, il avait tenu à Sienne une série de séminaires sur Les poètes traducteurs dont ce cycle de conférences, plus théorique, reprend des éléments.
Fortini n’eut pas le temps d’écrire avant sa mort le livre sur la traduction dont il avait le projet. Mais le texte des Leçons de Naples, conservé dans ses archives et publié en 2011, en est bien plus que l’esquisse, d’autant qu’il est augmenté de plusieurs annexes. Théoricien de la littérature (qu’il enseignait à l’université de Sienne), longtemps proche de Roland Barthes, aussi informé des positions d’Henri Meschonnic que des recherches du Cercle linguistique de Prague, mobilisant avec aisance l’héritage philosophique de Schleiermacher, de Goethe ou de Benedetto Croce, Franco Fortini part ici de sa propre expérience de traducteur et de lecteur. Il suggère notamment de considérer les traductions poétiques comme des œuvres autonomes, sans se contenter d’évaluer leur rapport au textes-source. Si les exemples sur lesquels il s’appuie sont surtout empruntés à l’histoire des traductions italiennes, les traducteurs du présent volume ont veillé à permettre au lecteur français qui ne connaît pas l’italien de suivre sans difficulté ses analyses.

Biographies Contributeurs

Franco Fortini

Franco Fortini (1917-1994) est l’un des principaux poètes italiens de la deuxième moitié du vingtième siècle. Parmi les nombreux auteurs qu’il a traduits figurent Goethe, Brecht, Milton, Baudelaire, Proust, Queneau ou Éluard. On peut lire de lui en français une anthologie de ses poèmes (Une fois pour toutes, trad. Jean-Charles Vegliante et Bernard Simeone, 1986) et un choix d’essais sur la vie intellectuelle italienne (La conscience aux extrêmes, trad. A. Cavazzini, 2019).

Table des matières

Présentation : Insistantes résonances, par Julien Bal

Première leçon : Addenda à la première leçon

Deuxième leçon : Les « compensations » dans les traductions poétiques

Troisième leçon : La traduction entre 1910 et 1945

Quatrième leçon : La « littérarité » de la traduction

Annexe : À propos de certaines traductions des poèmes lyriques de Goethe

Découvrez aussi

Le Bruissement des matins clairs
Fondements sociolinguistiques de la traduction
Sourcier ou cibliste
Les Noces de l'analogique et du numérique
Sur la traduction
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés