En Russie et en Chine

Feuilleter le livre

  • 272 pages
  • Livre broché
  • 12.5 x 19 cm
  • Le Goût des idées
  • N° dans la collection : 43
  • Parution :
  • CLIL : 3641
  • EAN13 : 9782251200446
  • Code distributeur : 48802
  • Export ONIX 3.0

En Russie et en Chine

Traduit par : Michel ARNAUD, Préface de : Giancarlo VIGORELLI

Présentation

Le 19 juillet 1957 mourait Curzio Malaparte et ce livre, posthume, nous révèle du grand écrivain qu'il fut un visage inattendu ou, tout au moins, que laissent rarement deviner ses autres œuvres. Publié tel qu’il a été retrouvé parmi les papiers de l’auteur qui y travailla aussi longtemps que la maladie le lui permit, c’est un livre à la fois inachevé et achevé ; inachevé matériellement car, pour une bonne partie, il est composé de simples notes, mais moralement achevé car, encore qu’on y retrouve à chaque page le génial témoin de Kaputt et de La Peau, c’est un nouveau Malaparte, le vrai, qui y apparaît : l’homme Malaparte et non plus seulement l’écrivain Malaparte. L’expérience intensément vécue de cette nouvelle réalité humaine qu’il a trouvée en Chine n’est plus pour lui, comme elle l’aurait été jadis, un prétexte à se mettre en scène : elle est l’occasion d’un examen de conscience, d’une confrontation avec soi-même et les autres, où le « je » s’efface pour la première fois et définitivement. Et, ainsi, ce voyage En Russie et en Chine est plus que le très pittoresque récit d’une aventure asiatique, c’est aussi et surtout celui, profondément émouvant, d’un itinéraire spirituel.

Biographies Contributeurs

Curzio MALAPARTE

Né Kurt Erich Suckert en Toscane en 1898, mort à Rome en 1957, celui qui se fit écrivain, journaliste, dramaturge et même cinéaste sous le nom de Curzio Malaparte écrivit deux chefs d’œuvre : Kaputt inspiré par son expérience de correspondant de guerre et La peau sur la libération de Naples. Esprit plein de contradictions : « Je suis du côté des vaincus mais je n’en supporte pas la condition » a-t-il écrit, il fut décrié par plus d’un esprit sectaire mais admiré par Kundera. Il revient enfin aujourd’hui à la place qu’il n’aurait jamais dû perdre : l’une des premières parmi les grands auteurs italiens du xxe siècle.

Table des matières

Le dernier voyage de Malaparte, préface de Giancarlo Vigorelli

Pékin via Moscou
L'ordonnance médicale
Marica, comme hier
Trotsky, Gorki et autres visages
La femme et la foule
Cet océan de terre
Rencontre avec Michel Strogoff
La Grande Muraille
L'homme de Pékin
Le dernier chien
Entrevue avec Mao Tsé-Toung

Extrait des feuillets de route

Extrait d'autres feuillets
Ouragan noir
Une gentille petite fièvre chinoise
Visite à Ta t'ong
Les œufs de cane

Le dernier adieu
J’aime les Chinois

Découvrez aussi

Ces Chers Italiens
Ces Sacrés Toscans suivi de Deux chapeaux de paille d'Italie
Prises de bec
La Volga naît en Europe
Sodome et Gomorrhe, suivi de La tête en fuite
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés