L'Autre Individualisme

L'Autre Individualisme

Une anthologie

Une anthologie qui ébouriffe bien des certitudes.

Catherine Golliau (Le Point)

Présentation

Un cliché amplement répandu veut désormais que l'individualisme ne puisse qu'être égoïsme, repli sur soi, narcissisme irresponsable ou produit du matérialisme consumériste. Et qu’en conséquence il soit la cause de presque tous les maux qui accablent notre société. Contre ce coup de force lexical idéologiquement orienté, cet ouvrage entend rappeler et établir l’existence d’un autre individualisme tel que par exemple l’ont pensé et défendu K. Popper et J.-F. Revel. Autant choix existentiel personnel que philosophie morale et sociale, il a valeur de déclaration d’indépendance individuelle, promeut la singularité d’individus souverains sur eux-mêmes tout disposés à coopérer volontairement sur la base de cette reconnaissance réciproque. Et prend sens en s’opposant au conformisme, au paternalisme et à toutes les formes possibles de collectivisme.

C’est cet individualisme bien compris et polyphonique qu’on découvrira ici en cheminant en compagnie bien sûr de Stirner, Nietzsche, G. Palante et Ayn Rand. Mais aussi et entre autres de B. Constant, Emerson, O. Wilde, Alain, Ortega y Gasset, Hayek ou Zinovev. Et même de Kierkegaard, Tocqueville et Jaurès – sans oublier des auteurs moins connus, des non-alignés et les surprenants anarcho-individualistes américains puis français des siècles derniers.

Et si, dans l’actuel contexte de rhétorique anti-individualiste massive, ce « grand récit » redonnait goût à une liberté individuelle plus altière, responsable et partagée ?

Médias

https://www.franceculture.fr/emissions/deux-minutes-papillon/lautre-individualisme-une-anthologie-par-alain-laurent

Presse

Un travail remarquable du philosophe Alain Laurent, qui présente, entre autres, des textes de Benjamin Constant ou Ayn Rand.
Valeurs actuelles - 13/10/2016

Extraits

AYN RAND
Le collectivisme engendre le racisme

"Un système totalement libre, capitaliste, n'a jamais encore existé sur terre. Mais ce qui est extrêmement significatif est la corrélation entre le racisme et le contrôle politique dans les économies semi-libres du XIXe siècle. Les persécutions raciales et (ou) religieuses des minorités étaient inversement proportionnelles au degré de liberté d'un pays. Le racisme était plus prononcé dans les économies plus contrôlées, comme la Russie et l'Allemagne, qu'en Angleterre, le pays le plus libre d'Europe à cette époque. C'est le capitalisme qui a fait faire à l'humanité ses premiers pas vers la liberté et une façon de vivre rationnelle. C'est le capitalisme qui brisa les barrières nationales et raciales au moyen du libre-échange. C'est le capitalisme qui abolit le servage et l'esclavage dans tous les pays civilisés du monde. C'est le Nord capitaliste qui détruisit l'esclavage du Sud agrarien-féodal aux ÉtatsUnis. Telle fut la voie qu'a suivie l'humanité pour une brève période de quelque cent cinquante ans. Les résultats et les réalisations spectaculaires de ce mouvement sont évidents. La montée du collectivisme renversa cette tendance.

Lorsque les hommes commencèrent à être endoctrinés une fois de plus avec l'idée que les individus ne possèdent aucun droit, que la suprématie, l'autorité morale et le pouvoir illimité appartiennent au groupe, et qu'un homme ne signifie rien hors de ce groupe, la conséquence inévitable fut que les hommes commencèrent à graviter autour de groupes ou d'autres, comme autoprotection, dans la confusion et dans la terreur inconsciente. La collectivité la plus simple à laquelle se joindre, la plus facile à identifier particulièrement pour les gens à l'intelligence limitée, la forme d"appartenance' et de 'solidarité' la moins exigeante, est la race. C'est ainsi que les théoriciens du collectivisme, les chantres 'humanitaires' d'un État absolu 'bienveillant', ont permis la renaissance et la nouvelle croissance virulente du racisme au XXe siècle."



BENJAMIN CONSTANT
L'indépendance individuelle est le premier des besoins modernes

"Demandez-vous d'abord, Messieurs, ce que, de nos jours, un Anglais, un Français, un habitant des États-Unis de l'Amérique entendent par le mot de liberté. C'est pour chacun le droit de n'être soumis qu'aux lois, de ne pouvoir être ni arrêté, ni détenu, ni mis à mort, ni maltraité d'aucune manière par l'effet de la volonté arbitraire d'un ou de plusieurs individus. C'est pour chacun le droit de dire son opinion. [...] Comparez maintenant à cette liberté celle des Anciens."

Table des matières

Introduction : Les deux individualismes

 

Sous l'empire de l'anti-individualisme

L'individualisme bien compris

L'individualisme reconsidéré

 

Fragments d'anti-individualisme historique

Fragments d'anti-individualisme contemporain


Problématiques d'un "Grand Récit"


I. Les grands 3navigateurs solitaires3 de l'individualité au XIXe siècle
II. L'individualisme libéral au XIXe siècle
III. L'individualisme, c'est le socialisme (et réciproquement), 1890-1930
IV. L'anarcho-individualisme américain et français (1840-1930)
V. Georges Palante (1862-1925) ou l'individualisme de la dissidence
VI. L'individualisme libéral au XXe siècle

Épilogue

Index

Découvrez aussi

Réflexions philosophiques sur l'égalité
Commentaire sur l'ouvrage de Filangieri
Essai sur les limites de l'action de l'Etat
Abrégé de L'Action humaine, traité d'économie
La Cité libre
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés