La Maladie de l'âme
  • 592 pages
  • Index
  • Livre broché
  • 16 x 24 cm
  • Études anciennes
  • N° dans la collection : 131
  • Parution :
  • CLIL : 3437
  • EAN13 : 9782251328423
  • Code distributeur : 7423
  • Export ONIX 3.0

La Maladie de l'âme

Etude sur la relation de l'âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique.

Présentation

La maladie de l'âme… la belle expression platonicienne n’a de cesse d’être d’actualité. Non seulement elle est prompte à revenir d’époque en époque, mais elle semble particulièrement friande de la nôtre. Que cette maladie désigne une vague tristesse, un taedium vitae, ou, plus grave, une dépression, elle implique tout à la fois la souffrance morale et la souffrance physique. L’âme et le corps sont divisés mais se retrouvent dans la douleur si bien que « la maladie de l’âme vient de ce que nous avons un corps ». De ce constat paradoxal Jackie Pigeaud tire une histoire, celle du triomphe du dualisme, du fardeau de l’âme et du corps contraints à être séparés et ensemble à perpétuité. Cette histoire trouve son origine dans le monde grec, et plus exactement dans sa philosophie. La division entre maladies de l’âme et autres maladies, c’est-à-dire maladies du corps, appartient à la philosophie. La médecine aurait été bien soulagée de cette partition. Est-ce à dire qu’elle n’entendait pas être philosophique ? Sans doute : Hippocrate en offre un bon exemple. L’accord, tacite, est le suivant : l’âme appartient au philosophe et le corps au médecin. Cicéron s’occupe des passions et Galien suspend son jugement dès qu’il approche la psyché. Chacun y trouve son compte mais les conséquences sont importantes : la partition du champ des maladies, la place du « malade » dans la société, les traitements à apporter, notamment à la folie, dépendent de ce dualisme initial. Si le legs de la médecine gréco-romaine est riche, il est aussi fort lourd et trouve des développements tout au long de l’histoire de la médecine, jusqu’à la constitution au XVIIIe siècle de la psychiatrie. D’une écriture et d’une pensée personnelles et profondes, ce livre est un essai sur l’histoire de la pensée médicale, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. La Maladie de l’âme a été un succès dès sa parution, et ce succès n’a pas été démenti depuis. L’ouvrage n’était malheureusement plus disponible : « les livres ont leur destin » commentait l’auteur. Avec cette édition revue et augmentée, accompagnée d’une préface nouvelle, le livre connaît enfin le sort qu’il mérite.

Jackie Pigeaud (1937) est professeur émérite de littérature latine à l'Université de Nantes et membre de l'Institut universitaire de France. On lui doit également, aux Belles Lettres, Folie et cures de la folie chez les médecins de l'Antiquité gréco-romaine. La manie.

Biographies Contributeurs

Jackie PIGEAUD

Jackie Pigeaud a été professeur à l'Université de Nantes, puis membre de l'Institut universitaire de France. Antiquisant et spécialiste de la pensée médicale, il a publié de nombreux ouvrages, dont La Maladie de l'âme (réédité aux Belles Lettres, 2006), L'Art et le Vivant (Gallimard, 1995) et Poésie du corps (Payot-Rivages, 1999).

Table des matières

La psychopathologie des médecins
Les atomistes et la maladie de l'âme
Stoïcisme et maladie de l'âme
Tragique et maladie de l'âme
L'euthymie, connaissance et guérison de la maladie de l'âme

Découvrez aussi

Poétiques du corps
Folie et cures de la folie chez les médecins de l'Antiquité greco-romaine
Les Loges de Philostrate
Hippocrate. Pour une archéologie de l'École de Cnide
Les Vertus thérapeutiques du banquet : médecine et idéologie dans les Propos de Table de Plutarque
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés