Lettres familières. Tome VI : Livres XX-XXIV / Rerum Familiarium. Libri XX-XXIV
  • 848 pages
  • Index
  • Livre broché
  • 14.5 x 22.5 cm
  • Français, Latin
  • Classiques de l'humanisme
  • N° dans la collection : 43
  • Parution :
  • CLIL : 3439
  • EAN13 : 9782251801292
  • Code distributeur : 52192
  • Export ONIX 3.0

Lettres familières. Tome VI : Livres XX-XXIV / Rerum Familiarium. Libri XX-XXIV

Texte établi par : Vittorio ROSSI, Introduction de : Ugo DOTTI, Avec la contribution de : Frank LA BRASCA, Traduit par : André LONGPRÉ

Présentation

Ce volume, dernier des Lettres familières de Pétrarque, clôture, après la publication des cinq volumes des Lettres de la vieillesse, advenue en décembre 2013, l'immense correspondance de Pétrarque dont la publication a été entreprise en l'année 2002 sous la direction de Pierre Laurens.
Le texte est celui de Vittorio Rossi comme dans tous les autres volumes de la série, André Longpré a donné la traduction, révisée par Pierre Laurens, Ugo Dotti, auteur de la Vita di Petrarca, traduite en français et récemment rééditée et augmentée, et à l'heure actuelle le meilleur connaisseur de la biographie du poète, est, comme dans les précédents volumes, responsable des Notices et des Notes, mises en français par Frank La Brasca.

Écrites entre 1358-59 (Pétrarque est alors à Milan) et 1366 (il est depuis 1362 installé à Venise), ces lettres, comme celles des périodes précédentes se partagent entre les deux registres, public et privé. Au premier appartiennent notamment les lettres du vingtième livre où l'auteur, qui lance au même moment les sévères Sine nomine, dénonce la corruption galopante de l’Église, représentée à cette date par Innocent VI; ou les lettres du même livre et du suivant, adressées à l’empereur, à l’impératrice, aux dignitaires laïques et ecclésiastiques, où le poète, qui s’est acquis une remarquable faveur auprès de la très prestigieuse cour de Prague, se réjouit de voir l’humanisme franchir les Alpes, mais ne cache pas sa désillusion, causée par la fuite de Charles IV après son couronnement à Rome qui avait suscité tant d’espérances et, avec force et autorité, exerçant la mission du nouvel intellectuel, rappelle inlassablement à César à ses devoirs. Même si elles ne sont pas politiques au sens strict du terme, ces missives tendent, dans l’économie particulière du recueil, à promouvoir l’auteur – l’intellectuel nouveau de l’humanisme – à une position plus élevée au regard des cercles politiques eux-mêmes, sinon toujours comme un conseiller entendu, du moins comme un maître écouté. — En contrepoint et relevant du registre privé les lettres qui traduisent très librement les dispositions du poète vieillissant, telle la lettre adressée à Jean Boccace au début de l’été 1359, dans laquelle Pétrarque, que son ami soupçonne de nourrir de la jalousie à l’endroit de Dante, se défend contre ce reproche tout en défendant sa conviction que seul le latin et non la langue vernaculaire est la langue par excellence qui convient à toute œuvre de grande volée.

Mais le trait qui distingue ce dernier volume des précédents et met le sceau ultime sur ce monumental recueil, est; le caractère du vingt-quatrième livre, adressé Antiquis illustribus. Dans ce livre, préfacé par la lettre à l’ami de jeunesse, Philippe de Cabassolles, Pétrarque dialogue, message suprême délivré par l’humaniste à l’antiquité reconquise, avec les plus illustres des Anciens : Varron, Cicéron, Quintilien, Tite Live, Asinius Pollion, Horace, Virgile, Socrate. Particulièrement remarquables sont les deux lettres à Cicéron, la première, écrite après sa découverte des Lettres à Atticus, dans laquelle, ira dictante, il reproche sévèrement à son auteur préféré d’avoir été infidèle à son message philosophique,et la deuxième, où il lui dit sa dévotion et lui restitue son estime et les deux lettres, à Horace et à Virgile, l’une en mètre lyrique, l’autre en hexamètres, double hommage poétique et déclaration d’amour à ses deux poètes de prédilection.

Biographies Contributeurs

PÉTRARQUE

Poète et humaniste

Table des matières

Livre vingtième. Notice 
Livre vingtième. Le texte
Lettre 1 À Neri Morando, de Forli, imprécation contre son époque et présages concernant la suivante  combien grande est la puissance de l'or
Lettre 2 Au même, partout l'Empire romain est plus heureux qu'au Nord
Lettre 3 Au génois Galeotto Spinola, exhortation à prendre la direction de la République
Lettre 4 À Marco da Genova, exhortation à persévérer dans ses études, et comparaison entre les orateurs et les jurisconsultes de l'antiquité et les avocats de notre époque
Lettre 5 À Barbato di Sulmona, qu'il soit prudent
Lettre 6 À Francesco des Sts-Apôtres, il se plaint que ses lettres sont interceptées
Lettre 7 Au même
Lettre 8 À Agapito Colonna le Jeune, il s’excuse tout en s’étonnant
Lettre 9 Réponse à la lettre de trois amis
Lettre 10 À Giovanni d’Arezzo, il le félicite de son état et lui parle du sien
Lettre 11 À Stefano Colonna, prévôt de St-Omer, lettre familière
Lettre 12 À son cher Lélius, il l’exhorte à la sérénité
Lettre 13 À Lélius, plaintive exhortation pour qu’il revienne en bons termes avec un ami
Lettre 14 Au même, il se réjouit qu’il ait suivi son conseil et ses prières
Lettre 15 À son ami Socrate, sur le même sujet

Livre vingt-et-unième. Notice
Livre vingt-et-unième. Le texte
Lettre 1 À Arnošt, archevêque de Prague, pourquoi la vérité a tant d’ennemis
Lettre 2 À Jan, évêque d’Olmütz, chancelier de la cour impériale, il exprime ses nombreux remerciements
Lettre 3 À Cecco da Forlì, il s’excuse de ne pouvoir lui fournir l’aide demandée ; il le console tout en lui glissant un conseil
Lettre 4 À Bartolomeo da Genova, quelle est la différence entre les études et les moeurs des jeunes gens et des vieillards
Lettre 5 À Jan, évêque d’Olmütz, il lui recommande un ami commun
Lettre 6 À Arnošt, archevêque de Prague, archevêque de Prague, sur le même sujet
Lettre 7 À l’empereur Charles, il lui recommande la même personne qui a rendu à lui et à l’Empire de bons services
Lettre 8 À l’impératrice Anna, il répond à sa lettre en la félicitant d’avoir donné naissance à un enfant, même si c’est une fille, et il profite de l’occasion pour chanter les louanges des femmes
Lettre 9 À son ami Socrate, il le console tout en le conseillant
Lettre 10 À Neri Morando di Forlì, il le félicite d’avoir recouvré la santé et lui conseille de fuir tout effort dangereux ; il lui parle abondamment d’un accident fâcheux qui lui est arrivé
Lettre 11 Au même, au sujet d’un homme étonnant qui est son très fidèle ami
Lettre 12 À Francesco des Sts-Apôtres, comment allonger la brièveté du temps et arrêter la fuite de la vie
Lettre 13 Au même, suite à la lettre précédente et d’autres renseignements sur son genre de vie
Lettre 14 Au même, de son déménagement de la maison d’Ambroise à celle de Simplicianus et quelques détails sur la vie de Simplicianus
Lettre 15 À Giovanni da Certaldo, il se défend d’une fausse accusation qu’ont portée contre lui les envieux

Livre vingt-deuxième. Notice 
Livre vingt-deuxième. Le texte
Lettre 1 À Pandolfo Malatesta le Jeune, seigneur de Rimini, s’il doit prendre femme et laquelle
Lettre 2 À Giovanni da Certaldo, souvent, en écrivant, il lui arrive de se tromper sur des choses qu’il connaît bien ; et sur les lois de l’imitation
Lettre 3 À Barbato da Sulmona, lettre jointe au recueil des Lettres métriques qui lui sont dédiées
Lettre 4 Au même, les inconvénients de l’absence peuvent être adoucis par le remède de la présence imaginaire
Lettre 5 À Philippe, évêque de Cavaillon, il l’exhorte à rechercher le repos et à fuir la fatigue
Lettre 6 À Zanobi da Firenze, de l’arrivée du grand sénéchal du royaume de Sicile
Lettre 7 Il fait de sévères reproches à un jeune homme incorrigible et lui refuse la permission de revenir chez lui
Lettre 8 À son ami Socrate, quelle différence il y a entre un hôte et un hôte
Lettre 9 Au même, il aime mieux faire du bien aux méchants que du mal aux bons
Lettre 10 À Francesco des Sts-Apôtres, qu’on peut étudier les lettres sacrées tout en étudiant les lettres profanes
Lettre 11 À Guglielmo da Verona, il lui recommande un ami qui s’est adonné tardivement aux études mais avec passion
Lettre 12 À Albertino da Cannobio, médecin, que la crédulité est le signe d’un bon esprit ; sur le mépris de son patrimoine ; sur la méchanceté des serviteurs ; sur l’obligation de mourir, contre laquelle il n’y a de remède que la sérénité
Lettre 13 À Pierre de Poitiers, prieur de St-Éloi à Paris
Lettre 14 Au même, des changements de la fortune, qui proviennent du changement survenu dans les moeurs et, en particulier, dans l’art de la guerre

Livre vingt-troisième. Notice 
Livre vingt-troisième. Le texte 
Lettre 1 Il exprime son indignation et ses doléances à celui, quel qu’il soit, qui devrait écraser ces compagnies que l’on appelle compagnies de brigands, qui errent çà et là à travers l’Italie
Lettre 2 À notre César, qu’il remercie d’abord sincèrement à titre personnel pour son amitié ; puis qu’il blâme sévèrement pour avoir abandonné la République et l’Empire et qu’enfin il exhorte énergiquement
Lettre 3 Au même, il lui recommande instamment un ami
Lettre 4 À Bonincontro, qu’il félicite d’avoir fui les tempêtes de la cour pour arriver, bien que tard, dans le port de la vie privée
Lettre 5 Au même, de la vieillesse et de la mort vers lesquelles on doit aller non seulement avec courage mais avec joie
Lettre 6 À Jan, évêque d’Olmütz, chancelier de la cour impériale, plus quelqu’un nous aime, moins nous devons nous fier à ses louanges
Lettre 7 Au même, il lui recommande un ami
Lettre 8 À l’empereur Charles, il le remercie pour le don d’une coupe en or, et il lui donne quelque espoir de se rendre auprès de lui, pour répondre à son invitation
Lettre 9 Au même, qui de nouveau et avec plus d’instance l’appelle auprès de lui, il lui donne un espoir plus ferme de lui obéir
Lettre 10 À Jan, évêque d’Olmütz et chancelier, sur le même sujet, et qu’une âme consciente de sa petitesse ne doit pas se laisser détourner de sa propre humilité par les louanges des autres
Lettre 11 À Giovanni da Bergamo, avocat, il le dissuade de traverser la mer pour se faire armer chevalier sur le tombeau du Christ
Lettre 12 À Guido, évêque de Gênes, qu’il faut souhaiter non pas la douleur mais la patience dans la douleur ; et que beaucoup de choses qui sont inutiles pour ceux à qui elles étaient ménagées, peuvent être utiles à d’autres
Lettre 13 À son ami Socrate, qu’il faut supporter avec sérénité que d’autres recueillent le fruit de notre peine, car c’est là un fait connu
Lettre 14 À Jan d’Olmütz, chancelier impérial, lettre familière
Lettre 15 À César lui-même, il l’exhorte et conjure de regagner l’Italie
Lettre 16 Au chancelier Jan lui-même, qu’il ne faut pas renoncer à ce qu’on peut faire, et si on ne le pouvait pas, à ce qu’on voudrait faire
Lettre 17 À Ugo, comte de San Severino, sur les chiens de la cour de Naples
Lettre 18 À Niccolò Acciaiuoli, grand sénéchal du royaume de Sicile, au sujet de ses grandioses entreprises
Lettre 19 À Giovanni da Certaldo, au sujet du jeune homme qui l’aide à transcrire ; et qu’il n’y a rien qui soit corrigé au point qu’il ne lui manque pas quelque chose
Lettre 20 À Francesco Bruni, rhéteur florentin, pacte de nouvelle amitié
Lettre 21 À César, dernière exhortation

Livre vingt-quatrième. Notice 
Livre vingt-quatrième. Le texte
Lettre 1 À Philippe, évêque de Cavaillon, sur la fuite incroyable du temps
Lettre 2 Au poète Pulice da Vicenza, au sujet de la matière et de la raison des lettres suivantes adressées à Cicéron, à Sénèque et à d’autres
Lettre 3 À Marcus Tullius Cicero
Lettre 4 Au même
Lettre 5 À Annaeus Seneca
Lettre 6 À Marcus Varro
Lettre 7 À Quintilien
Lettre 8 À l’historien Tite-Live
Lettre 9 À l’orateur Asinius Pollion
Lettre 10 Au poète lyrique Horatius Flaccus
Lettre 11 Au poète épique et prince des poètes latins Publius Virgilius Maro
Lettre 12 Réponse à une longue lettre traitant de nombreux sujets, envoyée par Homère et datée des Enfers
Lettre 13 À son cher Socrate, lettre de conclusion de ce recueil

Notes et commentaires des livres XX, XXI, XXII, XXIII, XXIV
Index des destinataires
Index des personnes 
Index des citations et des références contenues dans le texte

Découvrez aussi

Lettres familières. Tome I : Livres I-III / Rerum Familiarium. Libri I-III
Lettres de la vieillesse. Tome III, Livres VIII-XI / Rerum senilium, Libri VIII-XI
Lettres de la vieillesse. Tome V, Livres XVI, XVII et XVIII (Posteritati) / Rerum senilium, Libri XVI-XVIII
L'Afrique / Affrica
Lettres de la vieillesse. Tome II, Livres IV-VII / Rerum senilium, Libri IV-VII
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés