Prises de bec
Prises de bec
  • 400 pages
  • Livre broché
  • 12.5 x 19 cm
  • 390 g
  • Domaine étranger
  • N° dans la collection : 31
  • Parution :
  • CLIL : 3642
  • EAN13 : 9782251446707
  • Code distributeur : 56931
  • Export ONIX 3.0

Prises de bec

Traduit et commenté par : Stéphanie LAPORTE

"C'est un formidable recueil inédit de « prises de bec » de Curzio Malaparte, l'un des écrivains italiens les plus fascinants du xxe siècle."

(Les Échos)

Présentation

On connaît le Curzio Malaparte grand romancier du second conflit mondial, avec Kaputt et La Peau, on sait moins qu’il fut tout au long de sa vie un journaliste prompt à la Prise de bec. Dans ces chroniques hebdomadaires publiées de 1953 jusqu’à sa mort en 1957, Malaparte observateur acéré de l’Europe d’après-guerre, s’engage dans la dénonciation des blessures mal refermées du conflit, des signes persistants du fascisme et des fausses promesses du miracle économique avec autant de talent et de véhémence que dans ses romans et dans ses essais. La paix européenne, et toutes les contradictions qui l’animent, devient un matériau de choix pour le polémiste infatigable. Dans un climat culturel verrouillé par la guerre froide naissante et par la fin de l’unité antifasciste de l’immédiat après-guerre, le ton à la fois badin et mordant, irrévérencieux et truculent, toujours prompt à ferrailler contre la rhétorique et l’histoire officielle a fait l’effet d’une bombe. On retrouve dans ces Prises de bec le Malaparte combattant et visionnaire, pourfendeur des duperies et de l’impunité de la classe dirigeante. C’est ce Malaparte-là, populaire et intime au crépuscule de sa vie, qui rencontra auprès des Italiens son plus grand succès.

Presse

Ici, dans cette compilation de «billets d'humeur» génialement baptisé «battibecchi» (prises de becs) - qui dopèrent en leur temps les ventes du magazine Tempo -, c'est à l'art de l'escarmouche que s'adonne l'observateur acéré de l'Europe d'après-guerre. Toujours mordant, irrévérencieux et anticonformiste, le toscan d'adoption Curzio Suckert (né de père allemand et de mère lombarde), qui a pris le nom de Malaparte en 1925, donne une belle leçon de journalisme.
Les Échos - 22/04/2017

Biographies Contributeurs

Curzio MALAPARTE

Kurt-Erich Suckert, dit Curzio Malaparte, journaliste, écrivain et diplomate italien. Durant le premier conflit mondial, il s'engage à l'âge de 16 ans dans la légion garibaldienne, combat en France et sur le front italien. Écrivain caméléon, tour à tour théoricien du fascisme puis exilé par le régime mussolinien pour son livre Technique du coup d'Etat, il couvre la guerre à l’Est pour le journal le Corriere della Serra. On lui doit des chefs d’œuvre comme Kaputt ou La peau.

Stéphanie LAPORTE

Stéphanie Laporte (née en 1967), est enseignante, traductrice et chercheur en littérature italienne des XXe et XXIe  siècles. Elle a notamment publié des travaux sur la Première Guerre mondiale et le fascisme. Récentes traductions : • Clemente REBORA, Chœur bouche close. Poèmes de guerre (1914-1917), texte établi, présenté et traduit en collaboration avec Paul-André Claudel, Nîmes, Lucie Éditions, 2009. • Curzio MALAPARTE, Viva Caporetto !, Paris, Les Belles Lettres, « Mémoires de guerre », 2012 (traduction, chronologie et préface). • Dino BUZZATI, Chroniques de la guerre sur mer, Paris, Les Belles Lettres, « Mémoires de guerre », 2014 (traduction, cahier iconographique et préface).

Découvrez aussi

Sodome et Gomorrhe, suivi de La tête en fuite
En Russie et en Chine
Viva Caporetto !
Ces Sacrés Toscans suivi de Deux chapeaux de paille d'Italie
Ces Chers Italiens
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés