Genèse et développement d'un fait scientifique
  • XLII + 280 pages
  • Bibliographie, Index
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • Médecine & sciences humaines
  • N° dans la collection : 4
  • Parution :
  • Première publication : 2005
  • CLIL : 3165
  • EAN13 : 9782251430133
  • Code distributeur : 28042
  • Export ONIX 3.0

Genèse et développement d'un fait scientifique

Introduction de : Ilana LOWY, Traduit par : Nathalie JAS

Présentation

Publié en allemand en 1934, Genèse et développement d'un fait scientifique est l'un des textes les plus importants jamais écrits en épistémologie.Avec lui, Fleck inaugure ce qu’on appelle aujourd’hui la sociologie ou l’histoire sociale des sciences et entreprend d’élaborer une théorie de la connaissance qui sera reprise dans les années 60-70 par Thomas Kuhn.A partir du cas idéalement complexe de l’histoire de la syphilis et, plus particulièrement, de la « réaction » de Wassermann, Ludwik Fleck élabore une vision extrêmement originale de l’activité de recherche et de la production de nouveaux savoirs scientifiques.Fort de sa propre expérience de bactériologiste et d’immunologiste, Fleck montre que les « faits scientifiques » sont construits par des groupes de scientifiques qui définissent autant de « collectifs de pensée ». Chaque collectif possède un « style de pensée » spécifique, avec des normes, une conceptualité et des pratiques particulières. Fleck s’intéresse au fonctionnement du collectif, à l’incommensurabilité des faits scientifiques produits par différents collectifs, aux conséquences de cette incommensurabilité, ainsi qu’aux transformations des styles de pensée.La pensée riche et complexe qu’il propose intègre des analyses qui, portant aussi bien sur la psychologie des chercheurs que sur leurs techniques matérielles ou sociales, s’intéressant à la recherche médicale comme aux conditions de l’élaboration d’une théorie de la connaissance, rendent compte de la réalité de la production des savoirs scientifiques au moment où émergent les technosciences.Ludwik Fleck (1896-1961) est unanimement reconnu comme pionnier du courant constructiviste et relativiste en philosophie des sciences. Médecin du ghetto de Lwow pendant la guerre, déporté à Auschwitz, forcé par les Nazis à travailler sur un vaccin contre le typhus, émigré après la guerre en Israël, passionné autant par la recherche en science que par la réflexion sur les sciences, Fleck fut redécouvert à partir des années 1960.Traduit de l’allemand et annoté par Nathalie Jas.Préface d’Ilana Löwy et postface de Bruno Latour.

Presse

"le livre du mois"
La Recherche - 01/05/2006

"une vision totalement nouvelle de la production des savoirs scientifiques"
L'Arche - 01/04/2006

"un texte fondateur de la sociologie des sciences"
Revue Sciences Humaines - 01/02/2006

"Une lecture à recommander à tous ceux que la science passionne. Et en particulier aux élèves qui se destinent à son étude: ce livre étonnant, comme surgi de nulle part, pourrait devenir leur vade-mecum. Et ce ne serait que justice."
Science et Vie - 01/01/2006

"l'ouvrage de Fleck est devenu un classique pour tous les scientifiques."
Le Journal du CNRS - 01/11/2005

"Fleck lègue quelques problèmes redoutables à ses admirateurs et ne se laisse enrôler sous aucune bannière."
Le Monde - 28/10/2005

"Un texte fondateur de l’histoire et de la sociologie des sciences."
Libération - 20/10/2005

Biographies Contributeurs

Ludwik FLECK

Immunologiste, médecin polonais

Ilana LOWY

Chargée de recherches à l'INSERM, Hôpital Necker-Enfants malades, Paris (en 1990)

Découvrez aussi

Dépendance à la nicotine. Critique d'une théorie
La Médecine et la question du sujet
A Qui appartient le corps humain?
La Douleur
Éléments pour une philosophie de la santé
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés