Sagesses médiévales

Sagesses médiévales

Collection dirigée par Aymon de Lestrange.

La collection Sagesses médiévales se propose d'explorer et de faire connaître au public cultivé et curieux, tout un pan de notre patrimoine, négligé ou peu accessible : la philosophie médiévale.

Il n'y a pas longtemps encore, on considérait qu'entre les philosophes grecs et Descartes il n'y avait pas de philosophie : un trou noir de 1000 ans ! Ceux qui ne se contentaient pas d'ignorer l'existence d'une philosophie médiévale, en étaient restés à l'opinion d'un Rabelais qui considérait qu'elle abâtardisait « les nobles esprits » et corrompait la jeunesse... ! Pour Érasme la scolastique était un « mal public tel qu'il ne peut y en avoir de pire dans un État ». Diderot estimait quant à lui qu'elle a été « une des plus grandes plaies de l'esprit humain ».

Longtemps cette image a perduré, victime de ces préjugés et de ces a priori. Or, on sait mieux maintenant ce que la Renaissance doit au Moyen Âge, et que Descartes a maintes fois tiré profit, notamment pour sa métaphysique, de ses connaissances scolastiques. Même chose pour Leibnitz ou, plus près de nous, pour Heidegger.

La philosophie médiévale peut nous aider à mieux comprendre certaines racines de notre modernité. Elle présente une diversité remarquable de points de vue et d'écoles. Elle s'est constituée par d'enrichissants dialogues – ou confrontations – avec la philosophie arabe et juive.

Cette collection présente les traductions, pour la première fois en français, de textes essentiels de cette philosophie médiévale des trois religions du Livre. Ces traductions, proposées par les meilleurs spécialistes, sont soigneusement établies, accompagnées de notes et d'une introduction fouillée, mettant ainsi en lumière la richesse et la pérennité de la pensée de ces médiévaux.

L'Astrologie, les opérations cachées de la nature, les sorts

Thomas AQUIN

L'Astrologie, les opérations cachées de la nature, les sorts

Dans ces textes courts, qui sont des réponses à des consultations privées, Thomas d'Aquin présente de façon synthétique et argumentée philosophiquement ses positions sur des questions précises.

Être, essence et contingence

GILLES DE ROME, GODEFROID DE FONTAINES, HENRI DE GAND

Être, essence et contingence

Au XIIIe siècle, la Faculté de théologie de l'Université de Paris a été le lieu de débats philosophiques majeurs. Investis de la plus haute autorité en matière d’exégèse, les théologiens ont questionné la philosophie massivement héritée des mondes...

De la Théologie aux mathématiques

De la Théologie aux mathématiques

L'Infini au XIVe siècle

Au XIVe siècle la croyance en la puissance illimitée de Dieu conduit à un intérêt renouvelé pour l'infini, particulièrement à partir de Duns Scot qui pense Dieu comme étant infini et introduit les raisonnements mathématiques en théologie. Une...

Théologie et cosmologie au XIIème siècle

BERNARD DE CHARTRES, CLAREMBAUD D'ARRAS, GUILLAUME DE CONCHES, THIERRY DE CHARTRES

Théologie et cosmologie au XIIème siècle

Lors de la Renaissance du XIIe siècle, un intérêt neuf se manifeste à l'égard de la cosmologie : création du monde, autonomie des lois de la nature, statut de l’homme au sein de cette nature. Chartres est le centre de cette réflexion avec des...

Commentaire du Traité de l'Interprétation d'Aristote

Thomas AQUIN

Commentaire du Traité de l'Interprétation d'Aristote

Le Peryermeneias ou De l'interprétation est le deuxième traité de l’Organon d’Aristote. Ce texte a presque vingt-quatre siècles et le commentaire qu’en fit Thomas d’Aquin à Paris date de 1270. Mais comme Œuvres philosophiques ces deux ouvrages...

Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés