La Contre-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent

Feuilleter le livre

  • 374 pages
  • Bibliographie, Index
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • Parution :
  • CLIL : 3177
  • EAN13 : 9782251445137
  • Code distributeur : 49379
  • Export ONIX 3.0
English version

La Contre-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent

Présentation

Chacun ressent aujourd'hui le poids des indicateurs comptables qu'il faut renseigner, dans toutes les organisations, publiques ou privées, à tous les échelons hiérarchiques, provoquant de plus en plus souvent incompréhensions, frustrations ou blocages. Dans le même temps, les notations financières semblent forcer les gouvernants à proposer partout les mêmes politiques, standardisées. Aux citoyens comme à leurs représentants, les chiffres financiers et comptables paraissent dicter leurs lois.
Ce livre propose une plongée dans l’histoire des chiffres qui nous gouvernent à travers celle d’une revue scientifique anglaise critique, Accounting, Organizations and Society (AOS), qui observe, de l’intérieur même de la profession comptable, l’envahissement des comptabilités qui s’est opéré en quelques décennies. Créée en 1976 alors que le mouvement s’accélérait sous l’effet à la fois des crises budgétaires mais également de la démocratisation des ordinateurs, AOS constitue un observatoire unique et méconnu de cette invasion comptable qui a transformé en profondeur nos sociétés.
Dans un style très clair, Fabrice Bardet défend la thèse d’une contrerévolution comptable. Il distingue les différentes catégories de chiffres qui formatèrent les gouvernements au gré des époques, et permet de comprendre comment les comptabilités d’aujourd’hui s’opposent aux statistiques qui s’étaient imposées au XXe siècle à travers ce que les historiens nommèrent la « révolution probabiliste ». On envisage mieux les formes nouvelles du gouvernement contemporain qui ne cherche plus à prévoir ou à identifier les besoins collectifs sur le long terme, et se focalise à l’inverse sur l’instant présent et les responsabilités individuelles. Novateur et précis, ce livre offre une perspective inédite sur les chiffres qui nous gouvernent et propose des pistes pour reprendre leur contrôle, voire dessiner à nouveau des perspectives de progrès.

Ingénieur de l’ENTPE et docteur en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Fabrice Bardet est chargé de recherches au laboratoire EVS-RIVES de l’Université de Lyon. Dans la lignée des travaux d’Alain Desrosières, il y développe depuis plusieurs années un programme de sociologie de la quantification. Il enseigne à Sciences Po Paris, au sein de la Paris School of International Affairs, ainsi que dans plusieurs universités et écoles lyonnaises.

Presse

Ce livre nous permet de mieux réflechir à notre "ère du chiffre" et à des outils de gouvernement...
Projet - 26/05/2015

La conte-révolution comptable. Ces chiffres qui (nous) gouvernent
Projet

Biographies Contributeurs

Fabrice BARDET

Ingénieur de l'ENTPE et docteur en science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Fabrice Bardet est chargé de recherches au laboratoire EVS-RIVES de l’Université de Lyon. Dans la lignée des travaux d’Alain Desrosières, il y développe depuis plusieurs années un programme de sociologie de la quantification. Il enseigne à Sciences Po Paris, au sein de la Paris School of International Affairs, ainsi que dans plusieurs universités et écoles lyonnaises.

Table des matières


Distinguer les chiffres qui nous gouvernent
L'hypothèse de la contre-révolution comptable
La « révolution probabiliste »
Nouveaux comptes et nouvelles lois

Indépendance ou politisation des chiffrages
Les quantifications à l’écart des programmes électoraux
Les artisans de la démocratisation des chiffres du gouvernement
Les nouveaux investissements dans le gouvernement des chiffres

L’ère du chiffre
Les catégories de la quantification
Des archéologies établies
D’inégales appropriations par l’État
L’extension du domaine de la mesure
Après la révolution scientifique
Le pouvoir des ordinateurs
Les limites de la conquête statistique
La nouvelle avalanche de chiffres
Penser la contre-révolution comptable
L’opposition des statistiques et des comptabilités
Les forces sociales de la contre-révolution

Pour une analyse des politiques de la quantification
Un observatoire au coeur de la contre-révolution
Une revue anglo-étatsunienne
L’appel de la perspective révolutionnaire
Faire tenir ensemble les quantifications
L’estimation plutôt que la mesure
Caractériser les différents types de quantification
Engager l’analyse des politiques publiques
"A Primer for Quantification Policy Analysis"
L’analyse des quantifications contemporaines
Trois lieux, trois moments


Chapitre 1. Au coeur de la mue du champ comptable
Chicago, creuset de la « behavioral accounting »
La genèse oubliée du Journal of Accounting Research
La dynamique de l’Institut de comptabilité de Chicago
Les nouvelles comptabilités des gouvernements
Le développement de l’accountability dans les politiques d’éducation
L’importation des outils comptables par l’administration Nixon

L’appel des comptabilités dans la science administrative


Chapitre 2. La création d’AOS, une dynamique américaine
La stratégie éditoriale d’AOS
La composition du comité de rédaction
Le chantier de la sociologie des systèmes d’information

Un premier numéro qui envisage les politiques publiques
Renouveler la littérature sur le management des systèmes d’information
Les obstacles au développement d’AOS
L’arbitrage du comptable Boland contre Herbert Simon
L’investissement américain de Hopwood
Le désintérêt des sociologues pour les révolutions comptables ?

La réplique néolibérale européenne
L’importation du NAEP au Royaume-Uni
L’enjeu de l’importation de la comptabilité dans le secteur public

Les difficultés de Hopwood à pousser une position critique
La jonction avec la sociologie institutionnaliste
Le « mythe rationalisateur » au coeur de la jonction disciplinaire
Boland le passeur
L’essor de la sociologie néo-institutionnaliste
Le terrain miné de la positive accounting theory
Le récit d’un succès sans public
La jonction avec l’analyse des politiques publiques
L’adoption de la problématique Wildavsky


Chapitre 3. Londres, nouveau pôle d’influence d’AOS
La dynamique du champ académique britannique
L’écho britannique sur le sol américain
L’initiateur Stuart Burchell

La perspective foucaldienne
AOS relais des séminaires londoniens
Miller et les réseaux parisiens
L’aboutissement de recherches anciennes
Les échos d’autres écoles de commerce britanniques
L’influence de la conférence de Madison
La commande passée à Miller et O’Leary
Diffuser la perspective foucaldienne au-delà de l’Europe
À la conquête d’AOS
La profession de foi de Miller
Le premier des trois mousquetaires
L’ouverture sur la sociologie de la statistique

De la sociologie de la statistique à la sociologie des sciences
Face à la « révolution probabiliste »


Épilogue
Peter Miller au coeur du pilotage d’AOS
Le poids de la nouvelle sociologie des sciences
L’infortune de la notion de « révolution probabiliste »
L’engagement de Ted Porter pour la « paix des sciences »
L’abandon du lien avec la sociologie de la statistique


Conclusion. Gouverner est-il encore choisir ?
Les perspectives de la critique
La démocratisation des quantifications


Bibliographie
Index

Découvrez aussi

Éthique de la redistribution
Hormegeddon
L'Économie politique et le socialisme (1849) suivi de Accord entre l'économie politique et la morale (1850)
Le Capital. I-L'invention du capitalisme
John Law
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés