Voir la philosophie. Les représentations de la philosophie à Rome
  • 416 pages
  • Livre broché
  • 16 x 24 cm
  • Études anciennes
  • N° dans la collection : 71
  • Parution :
  • CLIL : 3437
  • EAN13 : 9782251328836
  • Code distributeur : 39784
  • Export ONIX 3.0
English version

Voir la philosophie. Les représentations de la philosophie à Rome

Rhétorique et philosophie, de Cicéron à Marc Aurèle

Présentation

« Voir la philosophie » : l'expression peut sembler paradoxale. Comment voir un concept qui, par nature, échappe au regard ? Comment, surtout, le donner à voir ? Cette question marque profondément la philosophie romaine de la fin de la République et du Haut-Empire : soucieux de transmettre leur doctrine, les penseurs romains choisissent bien souvent de doubler leur démonstration théorique par une mise en images de la philosophie. En plaçant la philosophie sous les yeux de leur destinataire par le biais de procédés rhétoriques variés, ils s'efforcent de la rendre accessible, familière et de lui donner ainsi droit de cité à Rome.
Cette étude s'emploie dès lors à montrer d'une part comment la philosophie était représentée à Rome, d’autre part pourquoi elle l’était. La résolution de cette double question repose sur l’exploration de la notion de représentation dans la rhétorique antique, elle-même liée à celle du concept d’évidence (enargeia en grec, euidentia en latin), puis sur l’analyse de la manière dont les philosophes percevaient le recours à l’image. La question des représentations de la philosophie rejoint ainsi la problématique plus large des rapports entre la rhétorique et la philosophie. En effet, la méfiance des philosophes à l'égard de la rhétorique, héritée de Platon, est toujours perceptible dans la philosophie hellénistique et romaine, et le recours à la rhétorique de l'évidence pose certains problèmes éthiques et philosophiques qui forcent les penseurs à préciser les conditions d'un usage acceptable de la représentation rhétorique. Le recours à l’image est-il compatible avec les exigences épistémologiques et éthiques des philosophes ? La lecture des textes romains apporte une réponse à cette question en révélant que l’usage des représentations répond à des exigences pédagogiques, parénétiques et heuristiques, mais aussi à des enjeux plus spécifiquement doctrinaux et polémiques. Cette diversité fonctionnelle explique pourquoi l’usage des représentations de la philosophie s’est développé dans la littérature philosophique romaine. Elle met plus largement en lumière la symbiose croissante, à Rome, entre la rhétorique et la philosophie et laisse ainsi entrevoir la spécificité et l’originalité de la pensée romaine par rapport à la pensée grecque.
Ce livre s'adresse aux étudiants et aux spécialistes de rhétorique et de philosophie antiques, et plus généralement aux personnes intéressées par les rapports entre la rhétorique et l'éthique.

Juliette Dross, ancienne élève de l'École Normale Supérieure de Fontenay/Saint Cloud, est maître de Conférences à l'université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle est membre du centre de recherche « Rome et ses Renaissances ».

Biographies Contributeurs

Juliette DROSS

Juliette Dross, ancienne élève de l'École Normale Supérieure de Fontenay/Saint Cloud, est maître de Conférences à l'université Paris-Sorbonne (Paris IV). Elle est membre du centre de recherche « Rome et ses Renaissances ». Ses travaux portent sur la rhétorique et la philosophie romaines, notamment sur le stoïcisme.

Table des matières

Introduction

Première partie
Définition, modalités et principes de la représentation dans la rhétorique antique

Chapitre premier
La notion de « représentation » dans la rhétorique antique. Difficultés théoriques et terminologiques
I. Aux origines de la « représentation » : problèmes terminologiques
I.1. La notion de repraesentatio
I.2. Vertu de la narration ou figure de pensée ? La plurivocité de la « représentation » chez Quintilien
II. Le développement de l'énargeia : Homère et ses interprètes
II.1. Les origines homériques
II.2. l'apport de la rhétorique aristotélicienne
II.3. L' énargeia dans la rhétorique post-alexandrine et romaine : une précision de la notion ?

Chapitre II
De l'énargeia à ses figures : les procédés de la représentation
I. Les tropes de la représentation
I.1. Les tropes employés pour le sens
I.2. Les tropes ornementaux
II. Les figures de la représentation
II.1. La comparaison
II.2. Les figures majeures de la représentation : éthopée, prosopopée, hypotypose

Chapitre III
Imaginer pour démontrer et émouvoir : le pouvoir de la représentation rhétorique
I. Le traité Du sublime : l'énergeia, produit de la fantasia
I.1. De la fantasia philosophique à la fantasia rhétorique : le chapitre XV
I.2. Les assises philosophiques du traité : aperçu des théories de la fantasia et de l'énergeia chez les Stoïciens
I.3. Le mécanisme de la représentation dans le traité Du sublime : problèmes d'interprétation
II. De la rhétorique grecque à la rhétorique latine : fantasia et énergeia dans l'Institution oratoire
II.1. Énergeia, fantasia et théorie des passions
II.2. De énergeia à euidentia : les enjeux de la traduction de Quintilien
Bilan

Deuxième partie
De la représentation à la conception de la philosophie. Dialectique de l'image et de la pensée
Chapitre Premier

De la rhétorique à la philosophie : la justification philosophique de la rhétorique de l'évidence
I. Delectare et docere : la place de l'ornement dans la prose philosophique à Rome
I.1. La complémentarité de la philosophie et de l'éloquence : rappel de la conception cicéronienne
I.2. La perspective stoïcienne : une rhétorique minimaliste ?
I.3. Les exigences de la pratique : de la réhabilitation de l'ornatus à la justification de l’évidence rhétorique
II. Du docere au mouere : la représentation rhétorique, support de la persuasion et de la conversion
II.1. Position du problème
II.2. La fin justifie les moyens : les conditions du mensonge légitime
II.3. Du sage à l’écrivain : la légitimation éthique du mensonge rhétorique
II.4. Une émotion philosophique ?
II.4.2. La conversion à la sagesse
Bilan : de la philosophie des propatheiai à la rhétorique de l’image

Chapitre II
« Pallier la faiblesse humaine » : la fonction pédagogique et parénétique des représentations de la philosophie
I. Demonstrandae rei causa : l’illustration du concept de philosophie
I.1. Le voyage et la guerre, paradigmes métaphoriques de la philosophie romaine
I.1.2. De l’imaginaire du voyage à celui de la lutte : la nature de l’activité philosophique
I.2. L’usage pédagogique de l’image : place, fréquence et concentration des représentations de la philosophie au fil des œuvres
I.2.1. La représentation, soutien de la démonstration : l’usage des représentations de la philosophie dans le De uita beata de Sénèque
I.2.2. L’invitation à la philosophie : le caractère imagé des proœmia
II. Philosophie, sagesse, vertu : la synthèse imagée
II.1. Sagesse, vertu ou prudence : le choix des images
II.1.2. De la théorie à l’image : le primat de la vertu
II.1.3. Sagesse, vertu, prudence : les enjeux du rapprochement imagé
II.2. Sagesse et philosophie

Chapitre III
En deçà de la pédagogie et de la parénèse : la représentation rhétorique comme support de la conception
I. De l’image à la pensée : rappel des théories de la genèse de la pensée dans le stoïcisme et dans l’épicurisme
I.1. Analogie, similitude, transfert, opposition : la formation des concepts dans le stoïcisme et dans l’épicurisme
I.2. Amplifier et diminuer : de la philosophie à la rhétorique
II. De la philosophie à la rhétorique : l’image comme voie d’accès au concept
II.1. L’image comme « empreinte » dans l’âme
II.2. De la vision à la pensée : le rôle des images dans la remémoration
II.3. Association et interprétation : l’image rhétorique comme voie d’accès au concept
II.4. L’allégorie philosophique

Troisième partie
Représentations reprises, détournées, inversées : l’évidence comme instrument d’identification ou de polémique philosophique
Chapitre premier

Permanence et évolution des représentations de la philosophie : de l’identification à la remise en question imagée
I. Un marqueur d’appartenance ?
I.1. L’image des « semences de vertu », illustration de la théorie stoïcienne de l’oijkeivwsiı
I.2. De l’arrachage des vices à l’extirpation chirurgicale des passions : le développement de l’imaginaire médical dans la philosophie romaine
II. Images reprises, détournées, transformées : la représentation, marqueur et facteur de l’évolution doctrinale
II.1. Philosophia uirtutis indagatrix : de Platon à Cicéron
II.2. Le brouillage des frontières philosophiques : la représentation imagée comme pont entre les doctrines. L’exemple du brouillard de l’âme

Chapitre II
La lutte par l’image : les représentations de la philosophie comme outil polémique
I. La guerre des écoles
I.1. L’image, adjuvant de la réfutation dialectique : la polémique entre les Stoïciens et les Académiciens
I.2. De la fonction d’adjuvant à celle de pilier : le rôle des représentations dans la réfutation de la philosophie épicurienne
II. Les polémiques internes aux écoles
II.1. L’âme du sage, citadelle inexpugnable : la polémique du roc dans le stoïcisme
II.2. Philosophie et pauvreté
III. De la polémique philosophique à la lutte contre la philosophie : la guerre entre philosophes et profanes
III.1. La négation frontonienne de l’image de la médecine philosophique
III.2. Philosophie et éloquence : la lutte par l’image
III.3. Conclusion

Index des passages cités
Bibliographie
Abréviations utilisées
I- Sources primaires
II- Sources secondaires

Découvrez aussi

Le Vrai et le faux dans la pensée grecque archaïque d'Hésiode à la fin du Ve siècle
Le Corps féminin dans la poésie latine tardive
La Théorie du discours chez Hermogène le rhéteur
"Basiléia"
Historiens compagnons d'Alexandre
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés