Jeux de montagnes et d'eaux
  • 329 pages
  • Livre relié
  • 16 x 11 cm
  • Encre Marine
  • Parution :
  • Première publication : 2000
  • CLIL : 3126
  • EAN13 : 9782841864164
  • Code distributeur : 33783
  • Export ONIX 3.0

Jeux de montagnes et d'eaux

Quatrains et huitains de chine

Traduit par : Jean-Pierre DIÉNY

Présentation

De la poésie paysagiste, créée par la Chine une bonne quinzaine de siècles avant la nôtre et qui déploya jusqu'à aujourd’hui ses merveilleuses frondaisons sur un unique tronc nourricier, n’ont été retenues ici que ses formes les plus denses, le quatrain et le huitain. Pour tourner autant que faire se peut les obstacles qui s’opposent à leur difficile transposition, le traducteur a choisi de « voler » des poèmes, comme disait Claude Roy, auxquels leur simplicité, leur dépouillement et leur transparence ouvrent un accès immédiat. Ces courtes pièces célèbrent dans leur infinie variété « la montagne et l’eau » du marcheur et du voyageur, du rêveur et du peintre, de l’ermite et du moine.

Presse

Les beautés terrestres de l'Empire célesteLa fréquentation de la nature est, on le sait, une constante leçon de sagesse. Les Chinois, peuple philosophe s’il en est, le savent parfaitement, eux qui inventèrent le genre de la poésie paysagiste pas moins de quinze siècles avant nous. Le sinologue Jean-Pierre DIÉNY nous le rappelle brillamment, avec cette superbe anthologie bilingue, dont le choix s’étage du II° siècle de notre ère jusqu’à nos jours ! Dans une traduction toute de légèreté, les poèmes chantent avec infiniment de subtilité et de délicatesse — les « nuées blanches » et les « monts bleus », le « poirier-fruste » et « l’onde claire ». Une poignée de mots suffit à dire l’essentiel, pour ces poètes qui côtoient le sublime, en contemplant la montagne et les eaux cette nature qui les dépasse et où ils s’abîment.Objet raffiné, ce livre est un délice pur.
- 01/03/2001

Ces quatrains et huitains de Chine sont publiés dans une belle petite édition bilingue, idéogrammes à gauche. Nous ne pouvons, par incompétence, que juger le résultat : ce sont bien des poèmes de la nature, dont nous échappe sans doute une partie de la richesse liée à la culture chinoise. Il s\\\'agit de descriptions établissant de subtiles correspondances qui nous rappellent que « le paysage est un état d\\\'âme ». C\\\'est ce qui peut justifier la poésie descriptive qui fut, chez nous, à la mode au XVIIIe siècle (avec Les Jardins de Jacques Delille), revisitée en deuxième partie du XIXe (avec les Parnassiens), et trop souvent ennuyeusement singée aujourd\\\'hui par quelques haïkistes français qui nous refilent impitoyablement leurs diapos de vacances.Mieux vaut lire ici les Chinois présentés par un vrai sinologue.
- 01/04/2002

Biographies Contributeurs

Jean-Pierre DIÉNY

Jean-Pierre Diény : École Normale Supérieure (rue d'Ulm) Agrégation des Lettres. Professeur de lycée à Strasbourg (3ans) Pensionnaire de la Fondation Thiers (3ans) Séjour de 3 ans à la Maison franco-japonaise (Tokyo-Kyoto) Séjour de 3 ans en Chine Quelques années au CNRS Directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes Etudes : Histoire et philologie de la Chine classique, de 1970 à 1997.

Découvrez aussi

L'Immémorial
Le travail vivant de la poésie
Les Avantages de la vieillesse et de l'adversité
Introduction aux leçons sur l'Œdipe-Roi de Sophocle
Le Cimetière marin au boléro
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés