La Section du cylindre. La Section du cône

Feuilleter le livre

La Section du cylindre. La Section du cône

Introduction de : Micheline DECORPS-FOULQUIER, Texte établi par : Micheline DECORPS-FOULQUIER, Traduit par : Michel FEDERSPIEL, Avec la contribution de : Kostas NIKOLANTONAKIS

Présentation

Dans la Section du cylindre, Sérénus, prenant appui sur le Livre I des Coniques d’Apollonios de Pergé, démontre que l’on peut construire une ellipse semblable à l’ellipse obtenue dans le cône par la section transversale d’un cylindre circulaire droit ou oblique ; dans la Section du cône, il s’attache principalement à la comparaison des aires des sections triangulaires obtenues par des plans passant par le sommet du cône à base circulaire, droit ou oblique. Les deux traités, qui sont soigneusement composés, ne sont pas dénués d’originalité et constituent un témoignage précieux sur la géométrie grecque d’époque romaine.
Le présent volume est la seconde édition critique des deux traités après celle du philologue danois Johan Ludvig Heiberg (1896) et procure la seconde traduction française après celle de l’historien des mathématiques belge, Paul Ver Eecke (1929).

Biographies Contributeurs

SÉRÉNUS

Sérénus est un philosophe platonicien, postérieur à l’élève du commentateur de Platon, Atticus (deuxième moitié du IIe s.), le médio-platonicien Harpocration. Il était originaire de la cité d’Antinooupolis en Moyenne-Égypte. Seuls deux traités de géométrie nous sont parvenus sous son nom.

Micheline DECORPS-FOULQUIER

Micheline Decorps-Foulquier est professeur de Grec à l’Université de Clermont-Ferrand. Spécialiste de l’histoire des textes mathématiques grecs, elle a publié une histoire du texte grec et l’édition des Livres grecs I-IV des Coniques d’Apollonius de Pergé, ainsi qu’une édition d’Eutocius d’Ascalon.

Michel FEDERSPIEL

Michel Federspiel enseigna le grec à la Faculté des Lettres de l'Université de Clermont-Ferrand durant toute sa carrière. Il fut traducteur de textes scientifiques et techniques (Apollonius de Perge, Eutocius d’Ascalon, en collaboration avec M. Decorps-Foulquier) et spécialiste de la langue des mathématiques grecques, à laquelle il consacra de nombreux articles et notes. C’est sans doute sa traduction de l’ouvrage d’Árpád Szabó (Les débuts des mathématiques grecques, Paris, 1969) qui l’ancra définitivement dans le domaine des sciences. 

Table des matières

Notice

I. Les éléments biographiques
II. Les sources de Sérénus
III. L’organisation des deux traités

1. La Section du Cylindre
2. La Section du cône
3. La division du texte
4. Le corpus des figures
IV. L’écriture de Sérénus
V. Le devenir des deux ouvrages
1. La connaissance de Sérénus par les mathématiciens arabes
2. La diffusion de Sérénus à Byzance
3. La connaissance de Sérénus en Occident
VI. Les sources manuscrites des traités de Sérénus
VII. La tradition imprimée
VIII. Les principes éditoriaux


Conceptvs siglorvm

La section du cylindre (texte et traduction)
Notes complémentaires
Analyse mathématique et structure déductive (K. Nikolantonakis)

La section du cône (texte et traduction)
Notes complémentaires
Analyse mathématique et structure déductive (K. Nikolantonakis)

Énoncés euclidiens
Index des termes techniques

Découvrez aussi

Météorologiques. Tome I: Livres I-II
Œuvres. Tome III : Des corps flottants - Stomachion - La Méthode - Le livre des lemmes - Le Problème des bœufs
Les Arithmétiques. Tome IV : Livres V-VII
Les Arithmétiques. Tome III : Livre IV
La Sphère en mouvement. Levers et couchers héliaques. Testimonia
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés