De la Vie d'un vaurien

Feuilleter le livre

  • 130 pages
  • Livre broché
  • 12.5 x 19.3 cm
  • Bibliothèque allemande
  • N° dans la collection : 8
  • Parution :
  • CLIL : 3436
  • EAN13 : 9782251830087
  • Code distributeur : 47285
  • Export ONIX 3.0

De la Vie d'un vaurien

Traduit par : Philippe FORGET

Présentation

De la vie d'un Vaurien est un bref roman primesautier qui au premier abord conforte, mais ensuite détruit aussi définitivement qu’heureusement l’image si convenue d’un écrivain plein de charme et de rafraîchissante simplicité, mais dénué de tout véritable sérieux. En effet, ce texte met en scène, derrière une apparence ludique, une écriture d’une grande complexité au service d’un projet quelque peu délirant : donner à lire, à travers les tribulations de son naïf héros, la vision que se fait Eichendorff de l’évolution de la littérature allemande ainsi que sa propre conception du monde et de la vie, portée par un christianisme dénué de tout dogmatisme.

Ainsi le lecteur, entraîné par la course bondissante de ce Vaurien, va de surprise en surprise, ignorant tout autant que lui ce qui se passe dans le récit en train de naître sous ses yeux et l’emporte vers des aventures aussi hilarantes que rocambolesques.

Ce texte de 1826, que le public allemand vient seulement (2012) de découvrir dans sa version originale, méritait assurément une traduction qui en fasse ressortir toute l’enivrante étrangeté. Quant à l’introduction, elle permet au lecteur français d’accéder à un récit d’une très savante construction.

Joseph von Eichendorff (1788-1857) est avec E.T.A. Hoffmann le grand représentant du second romantisme allemand. Si tous deux partagent le destin d’une vie professionnelle peu gratifiante, leur œuvre diffère profondément : celle d’Eichendorff est pour partie constituée d’admirables poésies longtemps sous-estimées, sauf par quelques compositeurs parmi les plus grands : Schumann, Wolff, Strauss. C’est que leur apparence aimable ne laisse percevoir les abîmes de l’âme et une conception de la vie à la fois obvie et complexe qu’aux lecteurs les plus exigeants. Le nationalisme d’Eichendorff, pourtant poétique et non politique, lui valut les faveurs douteuses de mouvements idéologiques peu enclins à une lecture rigoureuse, et un prix à son nom fut même attribué de 1935 à 1943, portant le contresens à son paroxysme.

Quant à son abondante prose, elle vaut dans l’esprit du grand public, en particulier français, par le tableau des pérégrinations de ce Vaurien, texte petit par la taille mais immense par la profondeur et l’humour qui se manifestent à chaque détour de chemin et de page.

Philippe Forget, agrégé d’allemand, spécialiste du romantisme, théoricien et traducteur reconnu, a renouvelé la lecture du Werther de Goethe (1994), des Tableaux nocturnes d’Hoffmann (1999 et 2002) ainsi que de plusieurs nouvelles d’Arthur Schnitzler, dont la maintenant célèbre Traumnovelle (1991 et 2002).

Table des matières

Des rives, dérives: que dieu nous en garde !
Notice biographique et bibliographique
De la vie d'un vaurien
Chapitre premier
Chapitre deuxième
Chapitre troisième
Chapitre quatrième
Chapitre cinquième
Chapitre sixième
Chapitre septième
Chapitre huitième
Chapitre neuvième
Chapitre dixième

 

Découvrez aussi

Écrits sur le théâtre
Feuilles pour l'art 1892-1919
Histoire de la vie et aventures naturelles de l'homme pauvre du Toggenburg
Le Sentier forestier et autres nouvelles
Ma vie
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés