L'Objet de beauté
L'Objet de beauté

Feuilleter le livre

  • 240 pages
  • 34 Illustration(s) couleurs
  • Livre broché
  • 16.2 x 22.5 cm
  • Encre Marine
  • Parution :
  • CLIL : 3133
  • EAN13 : 9782350881843
  • Code distributeur : 67949
  • Export ONIX 3.0
English version

L'Objet de beauté

"Un essai vigoureux."

(Philosophie Magazine)

"Ces coups de griffe pourront faire grincer quelques dents."

(Le Monde des Livres)

Présentation

Une certaine critique d’art, si répandue qu’elle est devenue vox populi, nous a habitué depuis fort longtemps, notamment depuis l’avènement de l’art « contemporain », à considérer que l’art est véhicule ou « expression » de bien des choses – du moi, des sentiments, des idées politiques, climatiques, morales –, dont semblent exclues les idées spécifiquement artistiques. Ainsi, ce que le spectateur d’une oeuvre d’art est invité à « comprendre » n’est pas l’oeuvre mais ce qu’elle est réputée signifier (exprimer), sens qui ne se voit ni ne s’entend paradoxalement pas, que l’oeuvre « cache » ou dissimule. Conscient de cette dérive, Jankélévitch avait affirmé lors d’un interview que personne n’aime la musique pour ce qu’elle est ; il semblerait qu’il faille étendre cette vérité à un terrain plus ample : presque personne n’aime l’art pour ce qu’il est.

Que signifie aimer l’art pour ce qu’il est ? Telle est la question qui oriente ce travail. Il s’agit, dans la mesure du possible, de penser l’art en tant qu’art, et l’artiste en tant qu’artiste, autrement dit en tant que créateur d’idées artistiques provoquant des émotions esthétiques. Aimer l’art pour ce qu’il est, c’est trouver le sens de l’oeuvre dans l’oeuvre même, se confondant avec sa beauté. L’oeuvre d’art, lorsqu’elle est conçue pour être jugée comme telle, s’adresse avant tout à une sensibilité esthétique ; c’est alors qu’on peut l’appeler « objet de beauté ».

Médias

Santiago Espinosa présente "L'Objet de beauté"

Presse

À rebours de cette approche intellectualiste qui détourne le regard du spectateur et dépossède l’art de sa valeur esthétique, Espinosa entend, dans cet essai vigoureux, réactiver un rapport immédiat et charnel.
Philosophie Magazine - 01/05/2021

Santiago Espinosa ne se gêne pas pour rompre gaiement avec les règles du jeu en vigueur chez commentateurs et herméneutes, et rappeler quelques évidences.
Le Monde des Livres - 30/04/2021

On aura plaisir à suivre Espinosa revisiter les mondes parallèles de la philosophie et de l'art, en cherchant à se tenir au plus près des œuvres majestueuses des Velasquez, Degas, Corradini, Michel-Ange, Titien, Bernin, Van Gogh, etc. Outre des arrêts forcément saisissants sur les « premières » œuvres des grottes paléolithiques, on découvrira avec bonheur, pour ceux qui les connaissent moins bien, les œuvres de Zurbaran ou de Greuze. Mais sans jamais céder à cette abrutissante tentation qui consiste à vouloir rendre raison de tout, puisque l'art ne fait pas mystère de son goût pour le retrait, qui crée l’écart de la pensée.
L'Humanité - 05/08/2021

Biographies Contributeurs

Santiago Espinosa

Santiago Espinosa (Mexico, 1978) est philosophe et traducteur. Il est le lauréat 2015 de la Bourse Cioran du CNL. Encre Marine a déjà publié de lui L’Inexpressif musical (2013), Voir et entendre (2016) et Traité des apparences (2017) et L'Impensé (2019).

Table des matières

Avant-propos

Chapitre premier. L’objet artistique. Ontologie de l’œuvre d’art
L’objet de l’art. – L’habitude et l’expérience esthétique. – L’art et le réel : l’apparaître retrouvé. – Art et adhésion à l’immédiat. – L’effet de réel. – L’anéantissement du sujet. – Pour un jugement esthétique objectif. – L’effet poétique.

Chapitre 2. L’expression artistique. Des sens de l’art
L’image dans le tapis. – Le sens invisible. – Herméneutique et ascétisme. – Sens extrinsèque et sens intrinsèque de l’oeuvre d’art. – Critique de la sémantique. – Vraisemblance et vérité. – La sensibilité esthétique. – Le style.

Chapitre 3. L’idée artistique. Érotique de l’œuvre d’art
Qu’est-ce qu’une idée artistique ? – L’activité créatrice. – La jouissance esthétique. – L’exécution artistique.

Épilogue. Art et tragique

Cahier des illustrations

Appendices
I. Réalité et actualité (post-scriptum à L’Impensé)
II. Le démon de la morale

Découvrez aussi

Traité des apparences
L'Impensé
Voir et entendre
L'Inexpressif musical
Ma vie antérieure
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés