L’Esprit critique dans l’Antiquité II
L’Esprit critique dans l’Antiquité II
  • 576 pages
  • Index, Bibliographie
  • Livre broché
  • 15 x 21.5 cm
  • Parution :
  • CLIL : 3385
  • EAN13 : 9782251455563
  • Code distributeur : 75210

L’Esprit critique dans l’Antiquité II

La Naissance de la théologie comme science

Sous la direction de Olivier Boulnois, Philippe Hoffmann, Claude Lafleur et Jean-Marc Narbonne, avec la collaboration de Joanne Carrier.

Présentation

Les études rassemblées ici procèdent au départ d’une question simple. Par quels singuliers détours de l’histoire quelque chose, comme la foi ou comme une certaine compréhension du divin, a-t-il pu progressivement être mis en rapport avec une discipline comme la science, compte tenu de ce que cette dernière implique de rigueur et de lois ? En d’autres termes, qu’est-ce que la « science », banalement parlant, peut bien avoir de commun avec la « religion » ?

En réalité, l’on s’aperçoit qu’un rapport critique au sacré s’est instauré de longue date en Grèce antique — sa spécificité peut-être —, critique par exemple chez Xénophane de l’anthropomorphisme religieux, critique chez Platon du relâchement du discours sur les dieux — d’où l’imposition nécessaire de certains topoi rectificateurs —, des postures critiques dont la science théologique d’Aristote elle-même est l’héritière et que la théologie scientifique de Jamblique portera à un nouveau sommet par son entreprise de rationalisation absolue. Questionnement philosophico-théologique oblige, l’on comprend que la redéfinition non seulement du dieu ou des dieux, mais du rapport général au divin lui-même, s’est poursuivie sur des siècles à travers de très nombreuses étapes qui, dûment recensées et analysées ici — volets grec (ancien et byzantin), latin (antique et médiéval), arabe, italien et français —, offrent une vue sans précédent de l’ensemble du phénomène.

Quel chemin ce riche mouvement d’ambition scientifique a-t-il emprunté, comment s’est-il à un moment clôturé sans pour autant cesser de nous hanter jusqu’à aujourd’hui ? Les études qui composent le présent ouvrage, prenant en compte les meilleurs indices disponibles, scrutant et comparant les arguments, tentent de manière multiple de le dire.

Extrait

Biographies Contributeurs

Jean-Marc Narbonne

Jean-Marc Narbonne, Membre de la Société royale du Canada, est professeur de philosophie antique à l’Université Laval (Québec), titulaire de la Chaire de recherche du Canada en Antiquité Critique et Modernité Émergente (ACMÉ, 2015-2022), directeur du projet Partenariat international de recherche Raison et Révélation : l’Héritage Critique de l’Antiquité (CRSH 2014-2021), et directeur du projet d’édition des Œuvres complètes de Plotin aux éditions Les Belles Lettres. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont plus récemment Sagesse cumulative et idéal démocratique chez Aristote (Vrin/Pul, 2021), Démocratie dans l’Antigone de Sophocle. Une relecture philosophique (Vrin/Pul, 2021), et Antiquité Critique et Modernité. Essai sur le rôle de la pensée critique en Occident (Les Belles Lettres, 2016).

Table des matières

Remerciements
Olivier Boulnois, Philippe Hoffmann, Claude Lafleur et Jean-Marc Narbonne
Introduction – Aperçu des contributions sur la naissance de la théologie comme science, volets grec (ancien et byzantin), latin (antique et médiéval), arabe, italien et français, par Claude Lafleur et Jean-Marc Narbonne
Table des auteurs

Première partie : Volet grec (ancien et byzantin)

Volet grec ancien
« Science » et « théologie » : les contours problématiques d’une rencontre conceptuelle
Jean-Marc Narbonne

La science théologique selon Aristote
Richard Bodéüs

La théologie comme science suprême selon Alexandre d’Aphrodise
Gweltaz Guyomarc’h

Théologie aporétique versus théologie scientifique : Plotin face à la gnose
Francis Lacroix et Mauricio Marsola

L’amorce d’une théologie « scientifique » chez quelques auteurs chrétiens du iie siècle (Justin, Tatien, Athénagore, Théophile)
Sébastien Morlet

La systématisation de la pensée théologique et religieuse dans le moyen-platonisme : quelques remarques
Mauro Bonazzi

Jamblique et la théologie scientifique
Adrien Lecerf et Daniela Patrizia Taormina

Modes d’exposition de la théologie dans le néoplatonisme athénien (Proclus, Damascius, Simplicius)
Marc-Antoine Gavray et Philippe Hoffmann

Volet grec byzantin
La science métaphysique selon Michel Psellos et Jean Italos
Dominic O’Meara

Deuxième partie : Volets latin (antique et médiéval), arabe, italien et français

Volet latin antique
En quête d’une « somme » : l’Enchiridion d’Augustin
Isabelle Bochet

Volet arabe
Deux sciences en concurrence. Esquisse d’un tableau sur les rapports entre le kalām et la falsafa, d’al-Ash‘arī à Averroès
Kristell Trego

Volet latin médiéval
Les théologies du XIIe siècle
Dominique Poirel

Thomas d’Aquin disciple critique de l’aristotélisme et du néoplatonisme pour la théologie comme science
Claude Lafleur

La fin de la théologie comme science chez Durand de Saint-Pourçain
David Piché

Volet italien
Le déclin de la théologie au XVIIe siècle. L’Écriture entre science et foi chez Galilée
Olivier Boulnois

Volet français
Bayle, les notions communes, et les silences de la raison
Jean-Luc Solère

Bibliographie générale
Index nominum

Informations détaillée

  • 576 pages
  • Index, Bibliographie
  • Livre broché
  • 15 x 21.5 cm
  • Parution :
  • CLIL : 3385
  • EAN13 : 9782251455563
  • Code distributeur : 75210