Œuvres morales. Tome II : Traités 10-14

Œuvres morales. Tome II : Traités 10-14

Consolation à Apollonios - Préceptes de santé - Préceptes de mariage - Le Banquet des sept Sages - De la superstition

Texte établi et traduit par : Jean DEFRADAS, Jean HANI, Robert KLAERR

Présentation

Résumé des traités :

CONSOLATION À APPOLONIOS

Préambule : le moment propice à une consolation

Ni insensibilité, ni excès dans la douleur

Dans le malheur se comporter virilement

Inconstance

Obéir à la raison et se préparer aux vicissitudes de l'existence

La mort n’est pas un mal, le cycle du devenir

La sagesse socratique, la mort n’est peut-être qu’un sommeil

La mort nous délivre de l’esclavage du corps

La mort est la récompense de la piété

La mort délivre de toutes les peines

La mort prématurée

La plus belle vie n’est pas la vie la plus longue

Soumission aux dieux

S’affliger est égoïste

Les pleurs ne peuvent pas être éternels

Se préparer à l’infortune

Les excès dans le deuil sont indignes d’un grec

La mort prématurée n’a rien d’affligeant

La vraie façon d’honorer les morts

Un deuil éternel n’est pas raisonnable

La mort est préférable à la vie

La vie nous est seulement prêtée

Les leçons de la sagesse delphique

Attitude insensée de ceux qui gémissent, méfaits des poètes

La vie est brève, il faut l’utiliser à autre chose qu’à gémir

Exemples de constance dans le malheur

Éloge du défunt

Le défunt est entré dans le bonheur éternel

Mythe platonicien du « Gorgias » sur la vie future

Épilogue

PRÉCEPTES DE SANTÉ

Préambule : médecine et philosophie

Premier conseil : maintenir chaude les extrémités

Second conseil : s’habituer au régime alimentaire des malades

Précepte essentiel : la mesure

Savoir refuser

Ne pas manger sans faim ni boire sans soif

N’accorder au corps que des plaisirs naturels

Le plaisir même a besoin de la santé

Il ne faut pas attendre d’être malade pour être tempérant

L’excès favorise la maladie

Tenir compte des symptômes

Le plaisir que procure la nourriture dépend de notre santé

Contre un régime trop rigoureux

Observer tous les signes prémonitoires

Leçons à tirer de nos amis malades

Exercices recommandés aux intellectuels

Préférer les bains chauds aux bains froids

Préceptes concernant la nourriture

Préceptes concernant la boisson

Nobles moyens des intellectuels pour dominer leurs appétits

Occupations appropriées après le repas

Éviter vomitifs et purgatifs

Pas d’abstinences strictes et à dates fixes

Ni oisiveté ni surmenage

Ménager le corps sans passer d’un extrême à l’autre

Il faut se connaitre et savoir régler soi-même son régime

Nécessité de l’harmonie de l’âme et du corps

PRÉCEPTES DE MARIAGE

Plutarque à Pollianos et à Eurycide

Dédicace et prélude

Le coin, symbole du charme de la jeune épouse

L’asperge symbole de l’intimité

Éviter les premiers heurts

La flamme de la passion doit pénétrer jusqu’à l’âme

Ne pas se contenter de la volupté

La femme ne doit pas rendre l’homme insensé pour le dominer

Pasiphaé, symbole de la luxure

Le mari ne doit pas non plus abaisser sa femme

La femme ne doit être visible qu’en présence de son mari

La pudeur, gage de l’amour

L’harmonie dans le couple

Persuader par la douceur

Ne pas se quereller devant autrui

La femme doit accorder son humeur à celle de son mari

L’homme, lui doit associer sa femme à ses plaisirs honnêtes

L’homme ne doit pas associer sa femme à ses excès

Le mari inspire ses propres penchants à sa femme

Reserve de la femme dans les rapports conjugaux

La femme ne doit avoir que les amis et les dieux de son mari

Tout doit être commun aux époux

Les amours chastes apportent le bonheur, les autres le malheur

Les petits désaccords continuels ruinent la vie commune

Les qualités morales, jointes aux autres avantages, rendent la femme invincible

Sans les qualités morales, les avantages matériels ne sont rien

La vertu a plus de prix que la beauté

La dignité, vraie parure de la femme

La dignité doit rester aimable

L’excès de gravité vaut toutefois mieux que l’excès de hardiesse

Privée de bijoux, la femme préfère rester chez elle

La femme doit cacher ses paroles comme son corps

La femme ne doit se montrer et parler qu’avec son mari

L’homme doit commander, mais avec tendresse

La véritable union est une fusion totale

La femme ne doit pas nuire à l’affection du mari pour sa mère

La femme doit s’attirer l’affection de ses beaux-parents

La femme doit calmer avec douceur les colères du mari

Le lit conjugal, terrain de réconciliation

Le lit conjugal pour ignorer les querelles

La femme ne doit pas écouter les méchants propos

La femme ne doit pas songer à se séparer de son mari

Il ne faut pas souiller le mariage, fécondation sacrée

L’homme doit faire régner l’harmonie

Le mari ne doit pas exciter la jalousie de sa femme

La femme, elle, doit éviter se qui irrite son mari

La femme légitime doit briller par ses vertus

Le mari doit avoir le plus grand respect pour sa femme

Péroraison : Mari et femme doivent s’abstenir d’un luxe excessif

Le mari doit se cultiver et instruire sa femme

La vertu, suprême parure de la femme, lui apporte aussi la gloire et le bonheur

LE BANQUET DES SEPTS SAGES

Prologue

En route pour le banquet

L’arrivée chez Périandre

Le banquet

Propos sur le gouvernement des États

Le gouvernement domestique

Le gouvernement de l’univers : la Providence divine

Conclusion

DE LA SUPERSTITION

Sources de l’athéisme et de la superstition

La superstition ajoute la crainte à l’erreur

La crainte des dieux harcèle l’homme, même dans le sommeil

Pas de refuge pour le superstitieux, même dans la mort

Mieux vaut être athée que superstitieux, aveugle que fou

La superstition transforme le bien en mal

Comportements différents de l’athée et du superstitieux

Le superstitieux ne fait qu’aggraver ses maux

Dans la joie également, le superstitieux est malheureux

La superstition plus impie que l’athéisme

Le superstitieux, ennemi des dieux est un athée qui n’ose pas l’être

La superstition favorise l’athéisme

Rien n’est pire qu’une religion monstrueuse

Il faut rejeter la superstition, non pour l’athéisme mais pour la piété

Biographies Contributeurs

PLUTARQUE

Biographe et philosophe grec, Plutarque (c. 45 – 125 ap. J-C.) nous a légué une œuvre importante, où la philosophie et la biographie occupent une place de choix. Nous possédons de lui les œuvres morales, un ensemble varié de traités et de dialogues consacrés à des questions de philosophie morale (d'où le titre de l’ensemble), mais aussi à des sujets littéraires, politiques, scientifiques, religieux. C’est aussi en moraliste que Plutarque s’est intéressé à la vie des hommes illustres: ses Vies parallèles sont un immense recueil de biographies de grands hommes de l’histoire, présentées presque toutes par paires (un Grec étant mis chaque fois en parallèle avec un Romain). D’une érudition prodigieuse, l’œuvre de Plutarque est un trésor de connaissances, de faits et d’idées. Dès l’Antiquité, elle a exercé une influence considérable, et parmi les très nombreux esprits que Plutarque a marqués on relève Shakespeare, Montaigne ou encore Rousseau. Au-delà de leur portée philosophique, ses œuvres sont une mine de renseignements pour tous ceux qui s’intéressent à la civilisation gréco-romaine.  

Jean DEFRADAS

Helléniste ; Professeur à la Faculté des lettres et sciences humaines de Lille (en 1968)

Jean HANI

Professeur honoraire de l'Université d'Amiens où il a enseigné la littérature et la civilisation grecques

Robert KLAERR

Helléniste ; Agrégé de l'Université

Table des matières

Avant-propos

Note sur la tradition manuscrite

Index siglorum

Principales abréviations

10. CONSOLATION À APOLLONIOS

Notice

L'auteur de la lettre

Destinataire, circonstance et date de l’œuvre

Place dans l’œuvre de Plutarque

Le genre littéraire de la Consolation

Analyse de la Consolation

Les sources de l’œuvre

Orientations philosophiques de la lettre

Orphisme et pythagorisme

Le texte

11. PRÉCEPTES DE SANTÉ

Notice

PRÉCEPTES DE SANTÉ

12. PRÉCEPTES DE MARIAGE

Notice

PRÉCEPTES DE MARIAGE

13. LE BANQUET DES SEPTS SAGES

Notice

Le problème de l’authenticité

La composition

Les personnages

-Dioclès et Nicarque

-Les sept sages

-Ésope

-Autres personnages

Le contenu philosophique et les sources

La date du dialogue

La tradition manuscrite

LE BANQUET DES SEPTS SAGES

14. DE LA SUPERSTITION

Notice

DE LA SUPERSTITION

NOTES COMPLÉMENTAIRES

INDEX DES NOMS PROPRES

INDEX DES PRINCIPAUX THÈMES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez aussi

Œuvres morales. Tome IX, 2e partie : Traité 46
Œuvres morales. Tome XV, 1ère partie : Traités 70-71
Œuvres morales. Tome V, 2e partie : Traité 23
Œuvres morales. Tome III : Traités 15 et 16
Œuvres morales. Tome VII, 1ère partie : Traités 27-36
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés