Les Cosaques
Les Cosaques

Feuilleter le livre

  • 288 pages
  • Livre broché
  • 12.6 x 19.1 cm
  • Domaine étranger
  • N° dans la collection : 48
  • Parution :
  • CLIL : 3444
  • EAN13 : 9782251450704
  • Code distributeur : 65629
  • Export ONIX 3.0

Les Cosaques

Traduit par : Boris de Schloezer, Préface de : Boris de Schloezer

Extrait Audio

Présentation

Les Cosaques, achevé en 1862, constitue l’œuvre la plus audacieuse de Tolstoï, celle où s’exprime avec le plus de violence sa nature charnelle et où surgit en pleine lumière le visage païen de sa personnalité complexe.
Ce roman teinté d’autobiographie nous livre le souvenir vivace d’une expérience intime, celle d’un jeune citadin écoeuré par les frasques de sa vie mondaine qui découvre brusquement la vie paisible et simple des Cosaques. Dans sa quête du bonheur, Olénine, tout comme Tolstoï dans ses jeunes années, essaye de se dépouiller de tout l’acquis de son éducation pour devenir semblable à ceux qui l’entourent. Au milieu d’une nature partout présente et révérée, la vie du village est cadencée par les récoltes, la chasse, le bétail et les heures passées à l’ombre du verger. Certes les abreks, montagnards inféodés, rôdent non loin, mais ils ne sont considérés que comme une distraction de plus pour juger de la bravoure des jeunes Cosaques. Les officiers russes, à l’instar d’Olénine, peinent à s’intégrer à ces hommes frustes dont ils admirent pourtant l’insouciance. Le héros du roman, émerveillé par cette vie nouvelle, n’en finira pas moins par fuir, déjà oublié par ceux-là mêmes en qui il portait toutes ses espérances.

Biographies Contributeurs

Léon Tolstoï

Léon Tolstoï (1828-1910) est un des plus grands écrivains russes. Sa vie passionnée, angoissée et instable sera ponctuée par l'écriture de nombreux chefs-d’œuvre parmi lesquels Récits de Sébastopol (1868), La Guerre et la paix (1865-69), Anna Karénine (1877), La Mort d’Ivan Illitch (1886), La Sonate à Kreutzer (1889), Maître et serviteur (1895) et Résurrection (1899). L’édition de son œuvre complète qui s’est étalée en Russie de 1928 à 1958 comprend quelque 90 volumes. « Généreux dans ses intentions, indécis dans ses actes, Tolstoï est grand, non par la doctrine qu’il a laissée, mais par les souffrances qu’il a endurées pour la mettre en pratique, non par ses vaticinations sur le monde futur, mais par sa peinture du monde contemporain, non par ses élans vers le ciel, mais par sa connaissance de la terre. » Henri Troyat

Boris de Schloezer

Boris de Schloezer, né à Vitebsk en 1881, émigra en France après la révolution d'Octobre. Il tint la chronique musicale à La Nouvelle Revue française, et consacra des ouvrages à Bach et Scriabine mais c’est surtout comme traducteur qu’il s’est illustré : Nicolas Gogol, Dostoïevski (Les frères Karamazov), Tolstoï (Guerre et paix) et son ami Léon Chestov (dont il contribua à faire connaître la philosophie) lui doivent les plus belles re-créations en langue française de leurs principaux chefs d’oeuvre.

Découvrez aussi

Contes, récits, fables
Bagatelles quotidiennes et autres nouvelles
Périclès l’Athénien
Gauche et droite
Roderick Random
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés