Amours à Londres
Amours à Londres

Feuilleter le livre

  • 384 pages
  • 1 Carte(s)
  • Livre broché
  • 12.5 x 19 cm
  • Domaine étranger
  • N° dans la collection : 54
  • Parution :
  • CLIL : 3661
  • EAN13 : 9782251451602
  • Code distributeur : 67537
  • Export ONIX 3.0

Amours à Londres

Journal 1762-1763

Préface de : André Maurois, Traduit par : Marie-Christine Blanchet, Notes de : Dominique Aury

"Le ton est vif, le pittoresque bien senti."

(Le Monde des Livres)

"Un journal très piquant."

(Le Matricule des Anges)

Présentation

Voici peut-être le plus pittoresque, le plus vivant journal intime qu’on ait jamais écrit. Il a été tenu au cours des années 1761-1762, alors que Boswell, âgé de trente-deux ans, découvrait la vie de Londres. Fils d’un lord écossais, bien introduit dans la société, il fréquentait les meilleurs salons de la ville. Tout ce qu’il a vu là et dans des milieux sociaux bien différents, il le note chaque jour, plantant ainsi le décor du roman de sa vie.
Boswell, avec une désarmante franchise, conte toutes ses aventures. Et d’abord les amoureuses : sa liaison romantique et burlesque avec l’actrice Louisa. D’un tempérament ardent, Boswell ne se limitait pas à la fréquentation de cette « femme adorable » : il profitait des facilités offertes par les rues de Londres avec une liberté qui nous permet de connaître certains aspects bien curieux de la vie de plaisir au XVIIIe siècle.
Les tableaux qu’il brosse ici, ses entretiens avec les plus célèbres écrivains et artistes du temps révèlent, au même titre que ses peintures de la vie mondaine, avec quelle chaleureuse ardeur il accueillait tout de la vie. On aimera ce livre parce qu’il est toujours intelligent et qu’un véritable génie littéraire s’y manifeste illuminé par la gaîté de la jeunesse.

Médias

Le journal d’un libertin mélancolique : Boswell, Amours à Londres
Le Blog des Belles Lettres

Accéder au contenu

Presse

Le héros n’a qu’une vingtaine d’années, [...] mais il a déjà ce sens aigu du détail, cette naïveté feinte mais constante qui feront sa signature.
Le Monde des Livres - 11/02/2021

Ce noble écossais, très connu par les Anglais pour sa biographie de Samuel Johnson, apparaît comme une sorte de contre Rousseau, allègre, jovial, à la recherche permanente du bonheur.
Transfuge - 22/06/2021

Galères, gaffes et gonorrhée : les débuts à Londres du turbulent écossais James Boswell se racontent dans un journal très piquant. [...] Sur ces naïvetés juvéniles, ses frasques, sa mélancolie aussi malgré l’humour, Boswell dit tout sans rien cacher.
Le Matricule des Anges - 01/05/2021

Biographies Contributeurs

James Boswell

Si James Boswell (1740-1795) a conquis la gloire avec sa Vie de Samuel Johnson et sa défense de l’indépendance de la Corse, ses écrits autobiographiques révélés au xxe siècle lui confèrent une place au premier rang des écrivains de langue anglaise de son siècle. Né en Écosse, il fit le tour de l’Europe où il rencontra Rousseau, Voltaire et Frédéric II. Avocat de métier, il partagera sa vie entre son Écosse natale et Londres où il fréquente les plus beaux esprits de son temps et poursuit une carrière de Casanova. Tout à la fois mélancolique et dissipé, Boswell fut un personnage « bien agréable » autant que remarquable comme l’avait bien noté Dominique Aury.

Table des matières

Nous connaissons trop peu James Boswell par Jean-Claude Zylberstein
Abrégé de la vie de James Boswell
Préface par André Maurois

Journal commencé à mon départ d’Écosse le 15 novembre 1762
1763

Appendice
Note de lecture de Dominique Aury

Découvrez aussi

Les Années heureuses
Le Roi David
Retour sur le Don
Les Caprices de Miss Bennett
Les Fous du roi
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés