Le dieu, le mouvement, la matière
Le dieu, le mouvement, la matière
  • 282 pages
  • Index, Bibliographie
  • Livre broché
  • 16 x 24 cm
  • Anagôgê
  • N° dans la collection : 16
  • Parution :
  • CLIL : 4031
  • EAN13 : 9782251455457
  • Code distributeur : 74853

Le dieu, le mouvement, la matière

Atticus et ses critiques dans l'Antiquité tardive

Extrait Audio

Présentation

Les débats sur la génération du monde à la fin de l’Antiquité constituent un chapitre majeur de l’histoire de la métaphysique. Le projet de cet ouvrage est de montrer que, derrière cette question bien connue, et posée par Platon dans le Timée, se joue un débat plus profond. Prenant comme perspective la réception des doctrines du platonicien Atticus (IIe siècle), il se propose de retracer l’histoire des interprétations du grand dialogue cosmologique de Platon aussi bien dans le néoplatonisme païen qu’au sein de la pensée philosophique chrétienne. Porphyre (IIIe siècle), figure fondatrice du néoplatonisme, révèle que si la question de la génération du monde est devenue centrale, c’est parce qu’elle témoigne de divergences entre deux manières d’interpréter la doctrine de Platon concernant le mouvement désordonné dont s’empare le démiurge pour façonner l’univers. Tandis que les uns y voient la preuve de l’existence d’une matière précosmique, les autres l’interprètent comme une hypothèse donnant à voir la nature des corps en l’absence de la cause divine.

L’ouvrage examine comment la théorie principielle d’Atticus, justifiant l’interprétation de la génération temporelle de l’univers, sert de support aux apologistes chrétiens tandis qu’elle est comprise par Porphyre comme l’emblème d’une interprétation à contre-sens de Platon. En soutenant que Platon traite non pas de la matière mais des corps, Porphyre affirme que le monde est engendré non parce qu’il aurait un commencement temporel, mais parce qu’il est une réalité composée, adaptant en contexte platonicien plusieurs éléments-clés de l’aristotélisme. Le dernier chapitre analyse l’influence de Plotin dans l’élaboration de cette interprétation, à partir de l’étude des témoignages concernant son enseignement oral.

Biographies Contributeurs

Alexandra Michalewski

Alexandra Michalewski est historienne de la philosophie antique et spécialiste de la tradition platonicienne, à laquelle elle a consacré plusieurs ouvrages et de nombreux articles. Elle est actuellement chercheuse au Centre Léon-Robin (CNRS - Sorbonne Université).

Table des matières

Remerciements

Introduction
1. Atticus, symbole d’un platonisme artificialiste
2. Lire Timée 28b à la lumière de Timée 30a
3. L’émergence de deux modèles opposés de la causalité divine
4. La doctrine de la causalité non-temporelle des principes incorporels

PARTIE 1
Atticus et la génération temporelle de l’univers

I. Les enjeux de la réception d’Atticus à la fin de l’Antiquité
1. Atticus en extraits
2. La réception d’Atticus chez les chrétiens anti-procliens (Ve-VIe s.)
II. La Préparation évangélique d’Eusèbe de Césarée
1. Atticus dans le projet apologétique de la PE
2. Aristote et Épicure : un front commun contre la providence
3. Génération et composition : Taurus, Plotin, Porphyre
4. Atticus, entre artificialisme et créationnisme

PARTIE 2
Atticus et l’interprétation temporelle de Timée 28b dans le commentaire de Proclus


I. La génération du monde
1. La critique du dualisme et l’histoire des interprétations de Timée 28b
2. S’attacher aux mots et s’en saisir
II. Le désordre du visible
1. Enjeux du commentaire de Proclus à Timée 30a
2. Le double aspect de la démiurgie et l’exégèse proclienne du mythe du Politique
3. L’extension du champ de la causalité divine

PARTIE 3
La doctrine des principes d’Atticus


I. Une pluralité de groupes principiel
1. La quadripartition : Dieu, Formes, matière, âme
2. La critique de la Dreiprinzipienlehre
3. La perspective dualiste
4. La triade « Dieu, matière, âme »
II. La doctrine du temps précosmique
1. La doctrine plutarquéenne du temps
2. Atticus et le temps précosmique

PARTIE 4
Genèse et enjeux de l’interprétation porphyrienne de Timée 30a


I. L’arrière-plan plotinien de la critique porphyrienne d’Atticus
1. L’immutabilité de l’activité divine
2. La causalité non-temporelle des principes incorporels
3. L’intellect et les Formes
4. Epitêdéiotês et anepitêdéiotês
II. L’interprétation porphyrienne de Timée 30a : la mise en ordre des corps
1. Les témoignages porphyriens chez Proclus,
Philopon et Calcidius
2. Le double aspect de la démiurgie
3. Définir le visible
III. Sévère : le désordre comme privation d’ordre
1. La réception de Sévère dans le néoplatonisme
2. Le mouvement des corps
3. La génération du monde et le mythe du Politique
 

PARTIE 5
Atticus, Boéthos et Longin dans l’école de Plotin


I. L’école de Plotin
1. Les traces de l’enseignement oral
2. Le déroulement des cours
II. L’interprétation des principes entre Longin et Plotin
1. Longin, critique de Plotin
2. Les exégètes philologues de Timée 30a selon Porphyre
3. Deux manières de se définir comme platonicien

Conclusion
Bibliographie
Index locorum

Informations détaillée

  • 282 pages
  • Index, Bibliographie
  • Livre broché
  • 16 x 24 cm
  • Anagôgê
  • N° dans la collection : 16
  • Parution :
  • CLIL : 4031
  • EAN13 : 9782251455457
  • Code distributeur : 74853