Hymnes contre les hérésies
Hymnes contre les hérésies

Feuilleter le livre

Hymnes contre les hérésies

Traduit par : Flavia RUANI, Introduction et notes de : Flavia RUANI

Présentation

Le christianisme syriaque nous a légué le troisième corpus littéraire du monde chrétien ancien, le plus important après le grec et le latin. Les écrits poétiques d’Éphrem de Nisibe (306-373) comptent sans aucun doute parmi ses plus belles pages. Les Hymnes contre les hérésies présentées ici, outre leur qualité littéraire, ont la valeur d’un texte de fondation. Alors que la légende veut qu’Édesse, ville-berceau des chrétiens syriaques, ait été convertie au temps de Jésus, le chantre de Nisibe nous fait découvrir l’élaboration complexe de l’« orthodoxie » au IVe siècle, au cœur de multiples courants religieux. C’est cette orthodoxie, construite sur des oppositions, alternant attaque et défense, qui constitua par la suite la « tradition syriaque » tout court.
Ces 56 hymnes composent un ensemble théologique à l’architecture admirable où une conception précise de Dieu, du monde, de l’homme et du salut est définie contre des croyances alternatives – celles des systèmes de Bardesane, Marcion et Mani principalement. Elles permettent en creux de mieux connaître les premières formes de christianisme de la région.
L’engagement dans la lutte théologique s’incarne dans une écriture poétique dense, qui fourmille d’images entrelaçant allusions bibliques, scènes de la vie courante et monde naturel. Éphrem n’hésite pas à s’adresser à ses destinataires – ses coreligionnaires rassemblés lors de la liturgie – ou à ses adversaires, par de vives interpellations qui viennent animer le texte et lui donner sa force persuasive.

Biographies Contributeurs

Éphrem De NISIBE

Célébré comme la « Harpe du Saint Esprit » pour son extraordinaire production hymnographique, Éphrem de Nisibe fut le poète chrétien des marges orientales de l’Empire romain tout au long du IVe siècle. La beauté des images de ses hymnes sur le Paradis, sur la naissance, Passion et résurrection du Christ, sur sa ville natale, mais aussi contre des adversaires en religion, en font l’un des plus grands auteurs de la littérature syriaque. Sa renommée se répandit très vite dans le monde tardo-antique, il fut traduit en grec, latin, arménien, copte, éthiopien, arabe et dans toutes sortes de langues modernes, demeurant toujours actuel grâce à une poétique empreinte de symboles qui continue de toucher le lecteur d’aujourd’hui. Né vers 306 d’une famille chrétienne, Éphrem vécut à Nisibe (actuelle Nusaybin, Turquie du sud-est), puis à Édesse (aujourd’hui Şanlıurfa), où il se réfugia à partir de l’an 363 pour fuir l’Empire perse. Bien qu’il restât toute sa vie un simple diacre, il était très impliqué dans la vie de sa communauté : interprète des Écritures, maître de chant lors des célébrations liturgiques, Éphrem est commémoré aussi pour les soins apportés aux malades lors de la peste qui affecta Édesse, et de laquelle il mourut le 9 juin 373.

Flavia RUANI

Flavia Ruani, docteur en Sciences des religions (EPHE, Paris), s’est spécialisée dans l’histoire du christianisme syriaque et les controverses religieuses antiques. Elle est actuellement chercheuse à l’Université de Gand.

Table des matières

Introduction
Éphrem de Nisibe : un polémiste poète dans un environnement multi-religieux
Les Hymnes contre les hérésies
Éphrem, « avocat de la vérité » dans le procès contre l’hérésie

Plan des Hymnes contre les hérésies
Notes sur la traduction
Abréviations


Traduction des hymnes
Hymne I. < L’Envie et ses ruses >.
Sur la mélodie : « Le jugement des tribus »
Hymne II. < Gloire au corps parfait des Écritures >.
La deuxième sur la même mélodie
Hymne III. < Contre les essences >.
La troisième sur la même mélodie
Hymne IV. < L’humiliation des astres >.
La quatrième sur la même mélodie
Hymne V. < Éloge de la liberté contre le destin >.
La cinquième sur la même mélodie
Hymne VI. < Contre l’horoscope >.
La sixième sur la même mélodie
Hymne VII. < Les géants >.
La septième sur la même mélodie
Hymne VIII. < Sur l’adultère >.
La huitième sur la même mélodie
Hymne IX. < Sur l’impuissance des étoiles >.
La neuvième sur la même mélodie
Hymne X. < Le regard des étoiles >.
La dixième sur la même mélodie
Hymne XI. < La liberté, étoile véritable >.
Sur la mélodie : « Ô mon disciple »
Hymne XII. < Gloire aux justes, hérauts de la droiture >.
Sur la mélodie : « La création tout entière t’a enfanté »
Hymne XIII. < Gloire à Élie, héraut de la droiture >.
Sur la même mélodie
Hymne XIV. < Contre la Matière et les troupes d’ennemis >.
Sur la mélodie : « Le troupeau de Bardesane »
Hymne XV. < La perfection de la création >.
Sur la mélodie : « Le paradis »
Hymne XVI. < De l’espace divin >.
Sur la mélodie : « Quel est celui qui eut l’audace… »
Hymne XVII. < Le mal et les ténèbres >.
Sur la mélodie : « Mes frères, mes parents »
Hymne XVIII. < La défaite du Malin >.
La deuxième sur la même mélodie
Hymne XIX. < Des spirituels et des corporels >.
La troisième sur la même mélodie
Hymne XX. < Sur le repentir de Dieu > .
La quatrième sur la même mélodie
Hymne XXI. < Du mauvais usage de la liberté >.
Sur la même mélodie
Hymne XXII. < Hymne au Nom véritable >.
Sur la mélodie : « Les enfants furent tués »
Hymne XXIII. < Hymne aux serviteurs du Nom véritable >.
Sur la même mélodie
Hymne XXIV. < Hymne des témoins fidèles de l’Époux >.
Sur la même mélodie
Hymne XXV. < Hymne du chemin droit >.
Sur la mélodie : « Ta divinité, ô Seigneur, m’a plongé dans l’admiration »
Hymne XXVI. < Hymne de l’Éden et de la prison terrestre >.
Sur la même mélodie
Hymne XXVII. < Hymne des bornes milliaires >.
Sur la mélodie : « Ô mon disciple »
Hymne XXVIII. < Hymne de la nature opposée à la coutume >.
Sur la même mélodie
Hymne XXIX. < Hymne du sommeil et de la veille >.
Sur la mélodie : « Ton troupeau, tristement »
Hymne XXX. < Hymne aux images humaines, formes du salut >.
Sur la mélodie : « La première année »
Hymne XXXI. < Du chagrin, signe de l’insondable amour divin >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXII. < Hymne du miroir et de la Majesté >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXIII. < Du mépris des censeurs >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXIV. < De la justice et du brigandage >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXV. < Hymne à la bonté divine méconnue >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXVI. < Du blâme des scélérats >.
Sur la même mélodie
Hymne XXXVII. < Louange au Dieu créateur >.
Sur la mélodie : « J’ouvrirai ma bouche dans la connaissance »
Hymne XXXVIII. < Du délai funeste >.
Sur la mélodie : « Bienheureuse es-tu, Éphrata ! »
Hymne XXXIX. < Les châtiments du salut >.
Sur la même mélodie
Hymne XL. < De la harpe >.
Sur la même mélodie
Hymne XLI. < De la fraude, en tout temps, en tout lieu >.
Sur la mélodie : « Qui est capable de parler »
Hymne XLII. < Hymne au corps, temple du Seigneur >.
Sur la même mélodie
Hymne XLIII. < Louange au Créateur du corps >.
Sur la même mélodie
Hymne XLIV. < Gloire aux deux Artisans >.
Sur la même mélodie
Hymne XLV. < Du mariage >.
Sur la mélodie : « Ô mon disciple »
Hymne XLVI. < Sur la résurrection du corps >.
Sur la mélodie : « Ceci est le mois »
Hymne XLVII. < Le pain et le calice >.
Sur la mélodie : « Ô mon disciple »
Hymne XLVIII. < Contre la Matière, pour le Démiurge >.
Sur la mélodie : « Les enfants furent tués »
Hymne XLIX. < L'attelage de l'erreur > .
Sur la mélodie : « Le troupeau de Bardesane »
Hymne L. < Honte à… ! >.
Sur la même mélodie
Hymne LI. < Le Médecin >.
Sur la même mélodie
Hymne LII. < Les chiens, les œufs et les épis >.
Sur la mélodie : « Le jugement des tribus »
Hymne LIII. < Louange à l’Essence unique >.
Sur la mélodie : « Le troupeau de Bardesane »
Hymne LIV. < Sur les noms d’emprunt >.
Sur la même mélodie
Hymne LV. < Les délires de Bardesane >.
Sur la même mélodie
Hymne LVI. < Le troupeau du Christ >.
Sur la même mélodie

Notes sur les Hymnes
Glossaire
Bibliographie
Index des références bibliques
Index des noms propres
Index thématique avec Appendice
(attributs, caractéristiques et métaphores de l’hérésie et des hérétiques)

Découvrez aussi

Deux frères caucasiens de Prométhée, Amiran et Abrsk'il
Dialogue de Timothée et Aquila
Saints fondateurs du christianisme éthiopien
L'Alphabet arménien dans l'histoire et dans la mémoire
Orphée et les Chrétiens, I: Orphée, du repoussoir au préfigurateur du Christ
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés