De l'Éthique du Prince et du gouvernement de l'État

Feuilleter le livre

De l'Éthique du Prince et du gouvernement de l'État

Traduit par : Makram ABBES

Lauréat du Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor, 2015

Co-lauréat du Grand prix des rendez-vous de l'Histoire du monde arabe, 2017

Présentation

Juriste irakien de la fin du Xe siècle et de la première moitié du XIe siècle, al-Māwardī (974-1058) est considéré, à juste titre, comme l'un des meilleurs auteurs politiques de l'âge classique de l'Islam. S'il est bien connu dans la tradition orientaliste grâce à son célèbre traité intitulé les Statuts gouvernementaux, ouvrage de droit public et administratif qui fut traduit dès la fin du XIXe siècle en plusieurs langues européennes, son texte De l’éthique du Prince et du gouvernement de l’État nous fait découvrir les facettes littéraires et philosophiques de ce penseur politique. Faisant partie de la tradition des Miroirs des princes, les réflexions politiques sont puisées, ici, dans deux sources distinctes de celle du droit : d’un côté, l’histoire des grands souverains, et, de l’autre, les maximes de sagesse prononcées par les philosophes, les poètes ou les hommes politiques, qu’ils soient arabes, perses ou grecs. La force du texte que nous traduisons réside principalement dans le fait que l’analyse de l’éthique du Prince et la description de sa conduite exemplaire sont subordonnées à l’étude de son métier et des responsabilités qu’il doit assumer auprès des gouvernés. De quelle manière former le chef politique ? Comment administrer l’État ? Et que faire pour conserver le pouvoir ou empêcher sa corruption ? Telles sont les questions auxquelles répond le texte d’al-Māwardī, et qui en font un traité de gouvernement rappelant les écrits politiques de Machiavel, de Bacon ou de Juste Lipse.
Cette traduction inédite est enrichie d’une annotation philologique et conceptuelle, et précédée d’une introduction (Essai sur les arts de gouverner en Islam) qui analyse la genèse des rationalités gouvernementales, tout en éclairant le contexte de l’élaboration de la pensée politique d’al-Māwardī, et en comparant son œuvre avec d’autres textes de la même période. L’ensemble témoigne de l’étonnante actualité de ce penseur, que ce soit par la façon dont il articule l’éthique et la politique, par son ouverture aux maximes universelles des arts de gouverner, ou sa manière de penser le statut de la religion au sein de l’État.


Professeur à l’ENS de Lyon, membre du laboratoire Triangle et de l’Institut Universitaire de France, Makram Abbès mène des recherches sur la philosophie morale et politique en Islam. Il a notamment publié Islam et politique à l’âge classique (2009).

Presse

L'art de gouverner a une longue histoire dont l'auteur nous offre, après un copieux essai, un exemple pris chez Mawardi...
Qantara - 01/04/2015

Biographies Contributeurs

AL-MĀWARDĪ

Juriste irakien de la fin du Xe siècle et de la première moitié du XIe siècle, al-Māwardī (974-1058), est considéré à juste titre comme l'un des meilleurs auteurs politiques de l’âge classique de l’Islam. D’origine modeste, al-Māwardī a d’abord été formé dans le milieu intellectuel de la ville de Bassora, avant de s’installer à Bagdad jusqu’à sa mort à l’âge de 86 ans. C’est dans cette ville qu’il a connu une grande notoriété due à ses qualités intellectuelles et personnelles sur lesquelles la plupart des biographes sont unanimes. Ainsi, après avoir exercé le métier de professeur et de juge dans plusieurs régions, il s’est établi à Bagdad où il a été au service de l’Etat, désormais tributaire des deux figures du calife et de l’émir. Modeste, cultivé, conciliant, et surtout compétent, il avait toutes les qualités pour gagner la confiance de deux institutions qui ne devaient pas s’entendre, celles de l’émir buyide et du calife abbasside. Pour résoudre leurs désaccords, al-Māwardī fut chargé à plusieurs reprises de missions diplomatiques en tant qu’envoyé extraordinaire (safīr) du calife al-Qā’im (1001-1075) auprès des Buyides et des Selğūkides afin de négocier des solutions ou des arrangements entre les pouvoirs politiques en conflit.

Table des matières

Introduction générale 

ESSAI SUR LES ARTS DE GOUVERNER EN ISLAM

PREMIÈRE PARTIE
THÉOLOGIE POLITIQUE ET SÉCULARISATION

Chapitre I – Penser l'obligation en politique 
1. Chemins qui ne mènent nulle part
2. Approches théologiques de l'obligation
3. De l'obligation religieuse à l’obligation éthique

Chapitre II – Renouer avec les expériences séculières de l’Islam classique 
1. Le lien civil : fondements anthropologiques ou religieux 
2. Maxime d’Ardašīr : deux autres lectures 
3. L’autonomisation du politique en Islam et la fin de l’association civile 

DEUXIÈME PARTIE 
RATIONALITÉS GOUVERNEMENTALES DANS LES MIROIRS DES PRINCES

Chapitre I – Approches de la Raison humaine
1. Raison innée/raison acquise
2. Divergences entre théologiens et philosophes à propos des axiomes
3. La Raison : substance ou accident ?

Chapitre II – De l’adab : discours sur la formation de l’homme 
1. L’adab-raison acquise
2. L’adab-maxime 
3. La stigmatisation de la sottise et de l’ignorance 

TROISIÈME PARTIE
AL- MĀWARDĪ PENSEUR POLITIQUE

Chapitre I – Al-Māwardī juriste et auteur de deux Miroirs des princes
1. Al-Māwardī fut-il le défenseur du califat dans les Statuts gouvernementaux ?
2. Le rapport entre la théorie politique et le contexte historique
3. Al-Māwardī, auteur de Miroirs des princes 

Chapitre II – De l’éthique du Prince
1. Éthique et politique
2. Gouvernement de soi
3. Le Prince juste

DE L’ÉTHIQUE DU PRINCE ET DU GOUVERNEMENT DE L’ÉTAT
TEXTE

PREMIÈRE PARTIE
DE L’ÉTHIQUE DU PRINCE

Prologue


PREMIÈRE PARTIE
DE L’ÉTHIQUE DU PRINCE


Chapitre I : Des caractères éthiques
Chapitre II : Des vertus éthiques
Chapitre III : Des actions volontaires
Chapitre IV : De la noblesse d’âme et de la prud’homie
Chapitre V : Des caractères éthiques selon leur rectitude ou leur corruption
Chapitre VI : De l’éthique du Prince
Chapitre VII : De l’orgueil et de l’amour-propre
Chapitre VIII : De la parole et du silence
Chapitre IX : De la vérité et du mensonge
Chapitre X : De la colère
Chapitre XI : De la constance
Chapitre XII : De la dissimulation
Chapitre XIII : Du conseil
Chapitre XIV : Des qualités contraires chez le Prince
Chapitre XV : Du respect des pactes
Chapitre XVI : De l’envie
Chapitre XVII : De l’examen de conscience
Chapitre XVIII : De la prudence et de la méfiance
Chapitre XIX : Du bon augure et de la superstition
Chapitre XX : Se gouverner soi-même


DEUXIÈME PARTIE
DU GOUVERNEMENT DE L’ÉTAT
Chapitre I : De la religion
Chapitre II : Des bases de l’État 
Chapitre III : Des bases du gouvernement
[A- De la prospérité des contrées]
[B- De la protection de la population]
[C- De la conduite des armées] 
[D- De la détermination des finances]
Chapitre IV : De l’espoir et de la crainte
Chapitre V : Du choix des fonctionnaires et des proches collaborateurs
Chapitre VI : Des catégories que le Prince doit personnellement inspecter
[A- Des ministres]
[B- Des juges]
[C- Des chefs des armées]
[D- Des percepteurs des impôts]
[E- Des proches du Prince]
Chapitre VII : Des gens qu’il ne faut pas nommer dans l’administration
Chapitre VIII : De la détérioration du pouvoir
Chapitre IX : Des remèdes qu’il faut utiliser contre la détérioration de l’État
Chapitre X : De la résolution
Chapitre XI : De la protection des frontières
Chapitre XII : Du gouvernement des fonctionnaires de l’administration
Chapitre XIII : De la nécessité de se renseigner sur les sujets
Chapitre XIV : De la méfiance à l’égard des calomniateurs
Chapitre XV : De la monnaie et des finances
Chapitre XVI : De la sécurité des routes
Chapitre XVII : De la conduite du Prince avec ses ennemis
Chapitre XVIII : De l’égalité entre le Prince et ses sujets
Chapitre XIX : De la conduite du Prince avec les représentants de la religion
Chapitre XX : De la justice du Prince

Glossaire 
Bibliographie 
Index 

Découvrez aussi

Le Traité du flux
Commentaire du Livre de la Sagesse
Les substances séparées
Théologie et cosmologie au XIIème siècle
La Cause du vouloir suivi de l'objet de la jouissance
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés