Satiricon
  • XXV + 322 pages
  • Bibliographie
  • Livre broché
  • 12.5 x 19.3 cm
  • Français, Latin
  • Classiques en poche
  • N° dans la collection : 44
  • Première publication : 01/01/2001
  • Dernier tirage :
  • CLIL : 3437
  • EAN13 : 9782251799650
  • Code distributeur : 21579

Satiricon

Texte établi et traduit par : Olivier Sers

Extrait Audio

Présentation

Précurseur du "roman" (avec L'Âne d'or d'Apulée), le Satiricon, dont ne nous sont parvenus que de larges extraits et que le film de Fellini a contribué à populariser, est l'œuvre d'un auteur dont nous ne connaissons que la date de la mort (66 après J.C.). Il dut, semble-il, se suicider après avoir perdu l'estime de Néron, non sans avoir composé un libelle contre ses débauches.

Son narrateur est Eucolpe, qui va d'aventure en aventure dans une ville de la côte, accompagné de son ami Ascylte et de son esclave, le petit Giton (dont on connaît la postérité lexicale). Rejoints par le poète Eumolpe, ils embarquent et font naufrage près de Crotone. Trois temps forts rythment le récit : le repas de Trimalcion, la légende de la veuve d'Ephèse, le séjour à Crotone.

Aux bas-fonds et auberges mal famées arpentés par les déclassés, font écho les dévergondages de la haute société impériale, le tout raconté avec bonhomie, ironie ou parfois naïveté mais aussi parodie et persiflage.

C'est avec le Satiricon que, pour la première fois, un latin "vulgaire", parlé, accède au statut de langue écrite.

Le texte latin est celui établi en son temps par Alfred Ernout, soigneusement révisé par le traducteur, qui donne en annexe la liste et les raisons des variantes retenues.

Biographies Contributeurs

Pétrone

L’homme demeure un inconnu, bien qu’on l’identifie au Pétrone dont parle Tacite. Par les Annales (16, 18-19), on connaît en effet un Pétrone, sybarite insouciant et raffiné, qui sut entrer dans les bonnes grâces de Néron et s’imposa comme l’« arbitre des élégances ». Victime de médisances qui réussirent à le perdre dans l’esprit de l’empereur, il dut lui aussi se suicider, non sans composer un libelle contre les débauches du prince, qu’il s’empressa de faire porter au prince. Alors que Fulgence signale deux romans à jamais perdus, l’Eustion et l’Albutia, Pétrone reste pour les modernes l’auteur d’un « roman réaliste » aussi finement observé que désinvolte et mordant, au style d’une « verdeur étrange » – le Satyricon ou Satiricon, car il s’agit d’histoire satiriques autant que d’histoires de satyres – dont ne nous sont parvenus que d’assez larges extraits.

Olivier Sers

Olivier Sers a déjà publié aux Belles Lettres des traductions appréciées de Catulle (Le Roman de Catulle, 2004), Pétrone (Satiricon, 2002), Juvénal (Satires, 2002), Apulée (Les Métamorphoses ou l'Âne d'or, 2007) et des poètes néo-latins de la Renaissance Jean Second et Michel Marulle (Les Baisers/ Épigrammes, 2006).

Table des matières

Introduction
Satiricon
Précisions sur le texte traduit
Aperçu bibliographique
Carte : la Grande-Grèce et la Sicile

Informations détaillée

  • XXV + 322 pages
  • Bibliographie
  • Livre broché
  • 12.5 x 19.3 cm
  • Français, Latin
  • Classiques en poche
  • N° dans la collection : 44
  • Première publication : 01/01/2001
  • Dernier tirage :
  • CLIL : 3437
  • EAN13 : 9782251799650
  • Code distributeur : 21579

Découvrez aussi

Le Satiricon
Le Satiricon
Satires
Satires
Œdipe Roi