Le Moment Platon. Élie Halévy philosophe I
Le Moment Platon. Élie Halévy philosophe I

Feuilleter le livre

  • 390 pages
  • Livre broché
  • 13.5 x 21 cm
  • Parution :
  • CLIL : 3133
  • EAN13 : 9782251453231
  • Code distributeur : 71278

Le Moment Platon. Élie Halévy philosophe I

Œuvres complètes, tome IV

Introduction et édition critique in extenso par Vincent Duclert

Présentation

Ce cinquième opus des Œuvres complètes d’Elie Halévy comprend l’ensemble des écrits que le penseur consacra, très jeune, à la philosophie platonicienne. Un livre unique traverse ces premières études, La Théorie platonicienne des sciences de 1896, conçu et décidé en toute liberté, véritable prouesse de savoir et d’analyse. Ces écrits philosophiques, assortis de la correspondance en partie inédite qui chemine à leur côté, présentent non seulement la cohérence d’une œuvre singulière de philosophie grecque, mais aussi une unité de temps puisqu’ils épousent cinq années seulement, 1892-1896, d’une jeunesse philosophique. Élie Halévy ne reviendra plus par la suite à cette recherche sur Platon et sa philosophie bien qu’il ait songé, pour qui « a étudié Platon, d’écrire une histoire du Platonisme ». L’histoire déjà ! vers laquelle il se dirigera quelques années plus tard, au tournant du siècle avec l’affaire Dreyfus, sans rien renier de la philosophie, transformant l’héritage d’un temps singulier en une base critique essentielle à la pensée historique. S’il devint l’« historien philosophe » que l’on connaît avec L’Ère des tyrannies (volume II) et l’Histoire du socialisme européen (volume III), affrontant les béances de l’histoire la plus actuelle, il le doit incontestablement à ce « moment Platon » qu’il s’est offert à l’aube de sa vie d’adulte et à une fidélité maintenue à l’étude comme à la pensée de la philosophie. En témoignent d’autres ensembles d’écrits philosophiques, à paraître dans la série des Œuvres complètes, mais aussi la fondation en 1892 de la Revue de métaphysique et de morale et sa direction jusqu’à sa mort en 1937, de concert avec l’ami de toujours, Xavier Léon. Expérience d’écriture, d’amitié et de bonheur, le « moment Platon » méritait d’ouvrir cette sous-série des Œuvres complètes consacrée à « Élie Halévy philosophe ». 

Ouvrage publié avec le soutien de Sciences Po.

Presse

« Ecrire un Platon », éclairer si possible « tous les points obscurs », voilà bien une entreprise « folle », comme dit le téméraire dans ses lettres à Bouglé, ami et confident. Mais il parvient à ses fins, en moins de quatre ans, à force d’enthousiasme, d’inconscience et de sagacité. Le résultat est cohérent et limpide, car Elie Halévy s’attache essentiellement à dégager le projet global du maître grec.
Le Monde des Livres - 29/04/2022

Élie Halévy (1870-1937) est davantage connu comme historien que comme philosophe par ses travaux sur l'utilitarisme, le peuple anglais au XIXe siècle ou sur le socialisme européen. Pourtant, dans L'ère des tyrannies dans lequel bien avant les analyses Hannah Arendt sur les totalitarismes il avait osé rapprocher deux phénomliéèsnàesun processus d'étatisation, le stalinisme et le fascisme, il s'est montré à la fois historien et philosophe.
L'Ours - 01/07/2022

Biographies Contributeurs

Élie Halévy

Philosophe de formation, auteur d'une thèse sur Platon et d’une somme sur La formation du radicalisme philosophique et animateur dès 1893 de la nouvelle Revue de métaphysique et de morale, Élie Halévy (1870-1937) peut également être rangé parmi les grands historiens du XXe siècle français. Il est notamment l’auteur d’une Histoire du peuple anglais au XIXe siècle (Hachette, 1912-1932 et rééd. 1973-1975), vaste fresque commencée en 1906 et restée inachevée malgré la conclusion d’un Épilogue fondamental en deux volumes, Les Impérialistes au pouvoir (1895-1905) et Vers la démocratie sociale et la guerre (1905-1914), et la publication posthume, en 1946, du Milieu du siècle (1841-1852). « Historien philosophe », telle avait été la définition/fonction qu’il s’était du reste attribuée lors de la fameuse séance de la Société française de philosophie du 28 novembre 1936 consacrée à la discussion sur « l’ère des tyrannies » et publiée dans l’ouvrage du même nom en 1938 (à titre posthume). Cette position revendiquée l’avait conduit, à partir de « l’interprétation de la crise mondiale de 1914-1918 », à concevoir l’apparition d’un nouveau régime, produit d’un processus d’étatisation du point de vue économique et du point de vue intellectuel, représenté dans le fascisme mais aussi dans le « soviétisme ». « Le soviétisme, sous cette forme, est, à la lettre, un "fascisme" », développa-t-il pendant cette séance à laquelle participèrent Raymond Aron, Léon Brunschvicg, ou Célestin Bouglé. La modernité des thèses d’Élie Halévy résidait dans le rapprochement rarement tenté à cette époque entre les deux phénomènes, en apparence opposés, du fascisme et du stalinisme, identifiant l’un des mécanismes du national-socialisme allemand et esquissant une théorie du totalitarisme avant la lettre. Elle tenait aussi à la lecture qu’il faisait de la Grande Guerre et du « régime de guerre » qui fit entrer l’Europe dans « l’ère des tyrannies ». Cette expression forte donna son titre au livre posthume de 1938, recueil d’articles et de conférences qui démontraient autant la cohérence d’une pensée personnelle que le pouvoir d’un philosophe à comprendre les transformations majeures de la politique contemporaine.  

Vincent Duclert

Vincent Duclert est historien, chercheur titulaire et ancien directeur du Centre Raymond Aron (CESPRA, EHESS-CNRS), enseignant à Sciences Po.

Table des matières

Note sur le présent volume 

Remerciements 

Introduction par Vincent Duclert 


Première partie. Pourquoi Platon ? Fragments d’une correspondance philosophique 

À Célestin Bouglé, Chez Mr Guillemoto à la Croix-de-Santé, St-Brieux [15 octobre 1892] 
À Xavier Léon, [Winchester], vendredi 21 octobre [1892] 
À Xavier Léon, samedi soir [29 octobre 1892] 
À Xavier Léon, sans date [probablement février 1893] 
À Xavier Léon, lundi [13 février 1893] 
À Xavier Léon, Mardi soir [Édimbourg, 7 mars 1893] 
À Xavier Léon, Vendredi [juillet 1893] 
À Célestin Bouglé, Sucy, Haute maison, samedi 9 septembre [1893] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, samedi 16 (septembre 1893) 
À Célestin Bouglé, jeudi 5 octobre 1893 
À Célestin Bouglé, vendredi 2 [février 1894, très probablement] 
À Célestin Bouglé, mercredi, Sucy-en-Brie, s.d. 
À Célestin Bouglé, dimanche [avril-mai 1894] 
À Célestin Bouglé 15 juin [1894] 
À Célestin Bouglé, [s.d.] 
À Célestin Bouglé [1894] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie [20 septembre 1894] 
À Célestin Bouglé [mardi 23 octobre 1894] 
À Célestin Bouglé, [début novembre 1894] 
À Célestin Bouglé, vendredi 30 novembre 1894 
À Célestin Bouglé, mercredi [30 janvier 1895] 
À Célestin Bouglé, [mardi 12 février 1895] 
À Célestin Bouglé, [mercredi 20 février 1895] 
À Célestin Bouglé, jeudi 28 février 1895 
À Célestin Bouglé, [15 mars 1895] 
À Célestin Bouglé, samedi, Sucy [10 août 1895] 
À Célestin Bouglé, Haute maison, Sucy, lundi 9 septembre [1895] 
À Célestin Bouglé, Haute-Maison, Sucy-en-Brie, S. et O., mardi 1er octobre 1895 
À Célestin Bouglé, Sucy, mercredi 9 octobre 1895 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, S. et O., vendredi 25 [oct. 1895] 
À Célestin Bouglé, Sucy, mardi 29 [oct. 1895] 
À Célestin Bouglé, [13 novembre 1895] 
À Célestin Bouglé [14 décembre 1895 ?] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, lundi 3 mai [1896] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, lundi 11 mai [1896] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, jeudi 12 [novembre 1896] 
À Célestin Bouglé Paris, dimanche 13 [décembre 1896] 
À Célestin Bouglé, Londres, dimanche 15 février [1897] 
À M. et Mme Ludovic Halévy, vendredi soir [11 février 1898] 
À Célestin Bouglé, Londres, dimanche 15 mai [1898] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, lundi 16 [juillet 1900] 
À Célestin Bouglé, Sucy-en-Brie, dimanche soir [16 septembre 1900] 
À Célestin Bouglé, Paris, 22 mars [1901] 
À Célestin Bouglé, Paris, 30 mars [1901] 
À Célestin Bouglé, 12 Upper Bedford Place, London W.C., vendredi sans doute 23 mai 1902] 

Deuxième partie. L’actualité de la recherche sur Platon et Socrate. Notes critiques (1893-1896) 
I. Deux manuels de philosophie platonicienne, suivi de « Correspondance ». Une réponse de Charles Bénard 
II. Socrate et les écrits de ses témoins. Une discussion critique 

Troisième partie. La Théorie platonicienne des sciences 
Sommaire de La Théorie platonicienne des sciences 
Introduction 
Première partie. la dialectique régressive 
Deuxième partie. la dialectique progressive 

Annexe. Choix de comptes rendus de La Théorie platonicienne des sciences

Découvrez aussi

Correspondance et écrits de guerre
Études anglaises
L'Ère des tyrannies
Histoire du socialisme européen
Sur le socialisme
Histoire et civilisation Textes et études Philosophie et sciences humaines Arts Théâtre Religions / Théologie Mythologie Essais, journaux et correspondances Littératures modernes et contemporaines Poésie Sciences Économie / Société Papeterie, objets dérivés